Journée de redevabilité à Yaba : La municipalité dresse un bilan satisfaisant

Le maire de Yaba (écharpe) a souhaité que chaque fille et fils de Yaba contribue au développement de sa commune.

Après 5 ans d’exercice, le conseil municipal de Yaba (province du Nayala) était le samedi 6 novembre 2021 face à ses administrés pour rendre compte de sa gestion.

De 2016 à nos jours, le conseil municipal de Yaba fort de 45 conseillers, a eu le quitus de conduire le bateau battant pavillon développement de la commune. Cinq ans après, l’équipe communale dirigée par l’Attaché de santé à la retraite, Basile Karambiri, a sacrifié à la tradition de la redevabilité, le samedi 6 novembre 2021. Et pour l’occasion, c’est la cour de la mairie de Yaba qui a servi de cadre. Le maire Karambiri a indiqué que l’exercice auquel se livre son équipe est une exigence de la loi.

« La gestion de la chose publique doit être transparente et nécessite l’implication de tous les acteurs de la commune afin de respecter son aspect participatif et inclusif », a-t-il justifié. Ainsi, pour lui, cette journée de redevabilité offre l’opportunité aux filles et fils de la commune, aux responsables des différents services de se retrouver pour échanger sur des questions de développement.

Plusieurs actions menées

Emile Pargui Paré dit Le Chat Noir du Nayala a recommandé
que cette journée soit désormais un exercice annuel.

Le bourgmestre a d’abord fait une présentation générale de la commune qu’il dirige depuis mai 2021. Après quoi, il s’est appesanti sur ce que l’équipe communale a pu réaliser avec les ressources mises à sa disposition. Dans le domaine de la santé, on retient de son discours que la commune a consenti près de 67 millions en fonctionnement et en investissement. Pour ce qui concerne l’enseignement primaire, la commune a injecté plus de 680 millions pour les cantines et les fournitures scolaires ainsi que la construction et équipements d’infrastructures éducatives.

Toujours dans le secteur de l’éducation, au post- primaire, la commune, appuyée par ses partenaires, a financé soit la construction de collèges, de salles de classe, de latrines, d’un bureau, le tout d’un montant de près de 255 millions F CFA. Concernant le domaine de l’eau et l’assainissement, la collectivité a pour la demie décennie alloué des ressources. Ainsi, « des efforts ont été faits afin que les populations aient accès à l’eau potable», a fait savoir Basile Karambiri. Il en veut pour preuve, la réalisation de forage, d’Adduction d’eau potable simplifiée (AEPS), le tout pour un coût global de 60 millions F CFA.

Au nombre des actions menées par l’exécutif communal, son chef a évoqué les domaines de la santé animale, de l’agriculture ainsi que le domaine social où les lignes ont bougé. En somme, on peut noter que de 2016 à nos jours, la commune a mobilisé la somme de 1 milliard 293 millions 929 mille 240 F CFA soit un montant de 596 millions 243 mille 685 F CFA en ressources transférées, le reste provenant du budget communal et autres partenaires.

Outre ce bilan, le principal orateur du jour a énuméré un lot de difficultés. Le maire a évoqué, entre autres, la faible mobilisation des ressources, la réalisation de certains ouvrages dans la commune dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par l’administration centrale, le non-achèvement du processus de lotissement à Yaba. A l’issue de l’exposé de l’édile de Yaba, les participants ont eu droit à la parole. Plusieurs d’entre eux ont posé le problème de la divagation des animaux, l’insalubrité, la vétusté du CSPS de Yaba, les pistes rurales, les grossesses en milieu scolaire, la baisse des performances scolaires et surtout de la nécessité de sensibiliser déjà au terrorisme à la porte de la commune.

Konwoman Rufin PARE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.