Prix PaxSahel : Mamady Zango des Editions Sidwaya, lauréat en presse écrite

La cérémonie de remise des prix du concours PaxSahel pour le journalisme sensible au conflit organisé par Réseau d’initiative de journalistes, a eu lieu, le vendredi 12 novembre 2021 à Ouagadougou.

Le journaliste des Editions Sidwaya, chef du service du Centre-Sud, Mamady Zango, est le lauréat dans la catégorie presse écrite/ en ligne de la 5e édition du prix PaxSahel pour le journalisme sensible au conflit. C’est son œuvre : « Conflit communautaire : deux villages se disputent la rive droite de Bagré », qui a été primée. Dans la catégorie radio, le journaliste de la radio municipale de Sya, Jonas Clotaire Badiel, est le lauréat avec son œuvre : « Conflit foncier à Borodougou : la gestion des terres non loties, une nécessaire implication des autorités ». Pour cette édition, aucune œuvre en tété/MoJo n’a répondue aux critères de sélection imposés par le jury. Par conséquent, il n’y a pas eu de lauréat dans cette catégorie. Les lauréats des catégories officielles ont reçu chacun la somme de 500 000 F CFA, un trophée, une attestation ainsi que du matériel de production. Le jury a aussi décerné deux prix spéciaux.

Il s’agit du prix spécial Koffi Amétépé pour l’intégration (du nom du premier coordonnateur de RIJ depuis sa création en 2001). Ce prix a été remporté par le journaliste nigérien de la radio « Dallol Dogondoutchi » du Niger, Fati Oumarou, avec son œuvre : « Impact de l’insécurité sur le AGR des femmes à Maradi ». Le prix spécial CNC G5 Sahel Burkina Faso a été décerné au journaliste malien de « La tribune de presse » du Mali, Hamadou Sow pour son œuvre : « Niono : les victimes oubliées du centre ». Chaque lauréat a reçu la somme de 250 000 F CFA, un trophée et une attestation. Pour le lauréat Jonas Clotaire Badiel, a indiqué le thème traité dans son œuvre, qui est la question foncière, est une réalité, source de conflit communautaire. S’inspirant des tensions des populations du quartier de l’arrondissement 4 de Bobo Dioulasso, une zone non lotie, il s’est investi de peindre cette réalité. Mamady Zango tout heureux, a expliqué que l’idée de son œuvre est née d’un conflit opposant deux communautés. Il a ajouté que son écrit a contribué à apaiser les tensions par des rencontres de réconciliation entre les autorités et les populations.

Le prix PaxSahel est organisé par le Réseau d’initiative des journalistes (RIJ). Cette cérémonie a été parrainée par le vice-président du Conseil supérieur de la communication, Azize Bamogo et le coordonnateur national, point focal G5 Sahel au Burkina. Selon la coordonnatrice du RIJ, Romaine Zidouemba, à cette édition, 37 œuvres journalistiques ont été retenues pour la compétition dont 19 œuvres dans la catégorie presse écrite/en ligne, 5 œuvres dans la catégorie télé/ MoJo et 13 œuvres dans la catégorie radio. Le coordonnateur national, point focal G5 Sahel du Burkina, Souako Norbert Kohoun, a encouragé les lauréats et invité les journalistes à s’investir par leur écrit pour qu’ensemble la paix puisse régner dans l’espace du Sahel. La représentante du Deutche Welle Akademie (DWA), partenaire du RIJ, Carine Debranbadère, a indiqué qu’en cette période d’insécurité, le journaliste doit être un facteur pouvant faire revenir la paix en étant la voix des sans voix.

Abdel Aziz NABALOUM

Ibrahim SOUMDAOGO (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.