SYNATEB Yatenga : Les enseignants veulent l’organisation de leur concours professionnel

Le Syndicat national des travailleurs de l’éducation de base (SYNATEB) section Yatenga a marché ce lundi 15 Novembre 2021 à Ouahigouya pour réclamer la mise en œuvre de leur plateforme revendicative minimale, adopté le 9 Octobre dernier.

Ce lundi 15 Novembre 2021 est un jour de classe mais les enseignants de la province du Yatenga dans la région du Nord ont déserté les classes. Ils ont battu le pavé pour réclamer des meilleures conditions de vie et de travail.

Pancartes à la main, ils veulent l’organisation de leur examen professionnel de reclassement des professeurs des écoles, ex instituteurs certifiés dans la catégorie A3 au plus tard le 31 décembre 2021 conformément au décret portant statut particulier du personnel de l’éducation, formation et promotion de l’emploi.

« Nous souhaitons la prise en compte des professeurs des écoles, ex instituteurs certifiés frappés par la limite d’âge du fait du retard dans l’organisation de cet examen spécial par l’Etat et le reclassement des admis à compter de leur date d’admission » a indiqué le Secrétaire général adjoint du SYNATEB, section Yatenga, Harouna Komi. Selon lui, depuis l’adoption du statut particulier, les carrières de bon nombre d’enseignants sont bloquées. Il faut ce concours pour leur permettre d’évoluer professionnellement.

A ces revendications, s’ajoute la correction sans délais des avancements, des reclassements et bonifications d’échelon des travailleurs de l’éducation et la tenue des différentes conférences pédagogiques annuelles au plus tard à la fin du 1er trimestre de chaque année scolaire en respectant les 4 jours.

« Depuis 2018, date à laquelle la plateforme revendication a été remise aux autorités jusqu’à nos jours en 2021, un seul point a connu une mise en œuvre définitive. Il s’agit de la tenue effective des évaluations harmonisées, les autres sont toujours en souffrance. Au regard de la situation nationale, nous avons adopté le 9 octobre 2021 en conseil régional, une plateforme revendicative minimale d’où notre marche silencieuse aujourd’hui » a expliqué Harouna Komi. A l’issue de la marche, la plateforme a été remise au directeur provincial en charge de l’Education national, Maxime Yaro.

Fleur BIRBA

fleurbirba@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.