CSPS de Bendatoèga: Une maternité et d’autres infrastructures inaugurées

Désormais, les femmes pourront fréquenter cette maternité en toute quiétude

L’ambassade du Japon a renforcé le Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) privé Tigsi Manèga de Bendatoéga de l’Association femmes du Sud (AFDS) en construisant une maternité et d’autres infrastructures. L’inauguration de ces joyaux a eu lieu, le mercredi 24 novembre 2021, dans la commune rurale de Pabré.

L’ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Kato Masaaki, a inauguré un ensemble d’infrastructures destinées à renforcer le Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) privé Tigsi Manèga de Bendatoéga, le mercredi 24 novembre 2021 dans la commune rurale de Pabré. Les infrastructures, réalisées avec l’aide japonaise, ont coûté la somme de 49 millions 550 mille francs CFA.

Elles sont composées d’une maternité, de deux logements, d’un dépôt pharmaceutique, d’un incinérateur, de toilettes et d’un système d’éclairage assuré par l’énergie solaire. Selon l’ambassadeur Kato Masaaki, la santé est le bien le plus précieux de l’Homme. Pour ce faire, les gouvernements doivent développer des politiques sanitaires afin d’améliorer l’offre de santé, en quantité et en qualité.

Il a déclaré qu’au Burkina Faso, le Plan national de développement sanitaire (PNDS) contient la stratégie nationale en matière de santé. Toutefois, selon Kato Masaaki, l’action publique n’est pas suffisante pour répondre à la forte demande dans ce domaine. Car, de son avis, la crise sanitaire mondiale ajoutée à la crise sécuritaire au Burkina Faso met une double pression sur les centres de santé. Il a indiqué que la population augmente de près de 3% par an et celle des zones périphériques des grandes villes augmente davantage avec l’exode rural et le développement des quartiers précaires.

Dans ce contexte, selon le diplomate japonais, il est important de soutenir les initiatives privées surtout, celles de la société civile. C’est ainsi que son pays a décidé de renforcer les capacités du centre de santé de l’Association femmes du Sud. Pour l’ambassadeur, avec ces constructions, désormais, les femmes vont accoucher dans les meilleures conditions et bénéficier de la prise en charge sanitaire de leurs enfants. Pour la coordonnatrice de l’Association femmes du Sud (AFDS), Alice Nabolé, le rêve de son association de normaliser son CSPS est devenu une réalité grâce à l’ambassade du Japon.

L’ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Kato Masaaki (milieu), coupant le ruban à l’entrée de la maternité.

Ainsi, elle a remercié le donateur pour son engagement à contribuer à appuyer le système de santé burkinabè. Elle a également invité les populations à fréquenter cette formation sanitaire. Pour l’occasion, la coordonnatrice a annoncé que le CSPS dispose déjà d’un appareil d’échographie et d’ici à janvier 2022, le laboratoire d’analyse médicale va être fonctionnel. Aussi a-t-elle sollicité auprès du ministère de la Santé, une ambulance médicalisée pour favoriser l’évacuation des malades vers les centres de référence. Elle a souhaité l’intégration de son centre dans le système de la gratuité des soins et la transformation du CSPS en Centre médical (CM).

La marraine de la cérémonie, Mariam Nonguierma, pour sa part, a souligné que l’inauguration de ce joyau traduit toute la détermination et le sérieux qui animent les responsables de l’AFDS. Mariam Nonguierma a dit espérer que ce centre de santé soit un tremplin pour la santé de la femme et de l’enfant, car, il est à proximité de la population. En sus, elle a promis d’accompagner l’association par des plaidoyers auprès des décideurs politiques.

Evariste YODA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.