Nuit des trophées du monde rural : 20 acteurs primés

Le président du comité d’organisation de la FIKOM, Jean Victor Ouédraogo(gauche) remettant un trophée au patron de Mira élévage.

La VIe édition de la Foire internationale agro-sylvo-pastorale de Komsilga (FIKOM) s’est achevée le samedi 27 novembre 2021 par une cérémonie de remise de prix aux acteurs du monde rural, dénommé : « Nuit des trophées du monde rural ».

La VIe Foire internationale agro-sylvo-pastorale de Komsilga (FIKOM) organisée par l’Association pour le développement du monde rural (ADMR) s’est achevée par une note de satisfecit des acteurs du monde rural. Car la cérémonie de clôture qui a eu lieu le samedi 27 novembre dernier à Silmisssin, a été couplée à la IIe édition de la « Nuit des trophées du monde rural ». 4 prix spéciaux et 16 prix sectoriels ont été décernés aux professionnels évoluant dans les domaines de l’agriculture, l’environnement et l’élevage.

Lauréat du prix spécial de la diaspora, El hadj Ousmane Korogho, réside en Côte d’Ivoire depuis 30 ans. Ce grand producteur d’ananas est reparti avec une parcelle, un trophée et la somme de 100 000 F CFA. Très heureux, il a remercié, les organisateurs de la FIKOM et tous les partenaires pour leurs actions en faveur du développement du monde rural. Le prix spécial du meilleur stand de solutions est revenu à l’union Tching Taoré des coopératives de production de riz du Tuy. Cette union a également reçu une parcelle. Sa présidente Assita Toé a confié : « nous sommes très heureuses d’avoir représenté notre province. Nous avons reçu une parcelle de 400m2.

Je remercie tous les organisateurs et partenaires de la FIKOM pour cette parcelle. Nous envisageons construire un hôtel pour accroitre nos revenus. Ce sera une porte de financement pour notre association ». Des acteurs des médias n’ont pas été oubliés au cours de cette soirée de distinction. Pour son engagement en faveur du monde rural, le directeur général de la radio rurale, Nayalgdo Paul Sawadogo a reçu un prix.

« Nous sommes très fiers du prix », a-t-il avancé. Pour lui, cette distinction est une preuve que les productions de la radio rurale à l’endroit du monde rural sont bien appréciées par les différentes structures. « Nous recevons ce prix comme un encouragement à mieux faire, à persévérer dans le même sens. Nous promettons de mieux faire », a promis M. Sawadogo. Le jury par la voix de son président, Bernard Darga, a salué la prouesse de tous les acteurs. Selon ses dires, en prélude aux expositions de la foire, le jury a effectué des visites de terrains auprès des acteurs sur leur site. Cette tournée a abouti à ce constat: les conditions de vie et de travail des acteurs du monde rural se sont dégradées, ces trois dernières , rendant difficiles les activités de production et de commercialisation liées au contexte de défis sécuritaires (vols de bétails, ravages de récoltes, déplacements des familles, fermeture des écoles et marchés).

De la FIKOM au salon

Le lauréat du prix spécial de la diaspora, El hadj Ousmane Korogho (droite) a reçu une parcelle et un trophée.

Au contexte sécuritaire, a-t-il ajouté, s’est aussi invitée une crise sanitaire et alimentaire anéantissant les efforts des acteurs. Qu’à cela ne tienne, a-t-il dit, le jury a pris particulièrement en compte les zones à fort défis sécuritaire et difficile d’accès pour la détermination des différentes récompenses. C’est pourquoi, il a salué la résilience et la résistance de ces acteurs, qui ont pu réaliser et maintenir fonctionnelles des activités de production ou de transformation sur des terrains très hostiles, couplées aux effets du changement climatique (dégradations des ressources naturelles et faibles rendements).

Pour le président du comité d’organisation de la FIKOM, Jean Victor Ouédraogo, pour cette édition, c’est un bilan positif dans la mesure où, le président de l’Assemblée nationale, à travers son représentant, Abdoulaye Mossé, a promis d’accompagner les 20 meilleurs acteurs primés. Malheureusement, selon le président du comité d’organisation, cette année 7 régions sur 13 ont participé effectivement à la foire pour des raisons sécuritaires. « 32 personnes ont réservé des stands, mais pour des raisons sécuritaires n’ont pas pu effectuer le déplacement », a-t-il regretté.

Aussi, M. Mossé, a-t-il affirmé a dit que le débat sur l’ouverture de l’usine BRAFASO sera lancé. « Cela a été un baume au cœur, car la réouverture de l’usine va contribuer au développement de la commune, voire du Burkina. D’ailleurs, les acteurs du monde rural n’attendent que sa réouverture pour mieux promouvoir leurs activités », a affirmé M. Ouédraogo. En guise de perspectives, Jean Victor Ouédraogo, a révélé que le comité d’organisation a décidé de la mutation de la FIKOM en un salon.

« Ce sera également chaque deux ans pour permettre au comité d’organisation de faire le point de la mise en œuvre des recommandations avant d’entamer la prochaine édition », a-t-il précisé. C’est pourquoi, il a demandé aux Burkinabè de rester unis parce que c’est dans la difficulté qu’ils doivent témoigner leur engagement, leur patriotisme pour le développement du Burkina.

Abdel Aziz NABALOUM

emirathe@yahoo.fr


Prix spéciaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.