Opération Koudanlgou IV Zone 2 : Une trentaine de terroristes neutralisés

Le ministre de la Sécurité, Maxime Koné, était face à la presse dans l’après-midi du mardi 30 novembre 2021 pour faire le bilan de l’opération Koudanlgou IV Zone 2 menée conjointement entre le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo.

Une trentaine de terroristes ont été neutralisés lors de l’opération Koudanlgou IV Zone 2 menée du 22 au 27 novembre 2021 dans les zones frontalières entre le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo. L’information a été donnée par le ministre de la Sécurité, Maxime Koné, au cours d’un point de presse consacré au bilan de cette opération qui a mobilisé au total 5 728 éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS) des différents pays et qui a concerné essentiellement le Sud-Ouest du Burkina Faso. En plus de la trentaine de terroristes mis hors d’état de nuire, 53 armes à feu, des munitions, 144 moyens roulants, des explosifs et une importante quantité de stupéfiants ont également été saisis, selon les dires du ministre.

« Au cours de cette opération, nos éléments ont également détruit des champs de drogue, désamorcé des engins explosifs improvisés et déjoué des embuscades », a ajouté le conférencier. De façon générale, il a indiqué que plus de 300 suspects fichés et recherchés par leurs services de renseignements ont été interpellés dans le cadre de cette opération qui a duré cinq jours. Sur le plan national, ce sont au total 41 suspects qui ont été interpellés, dont une trentaine neutralisée lors d’un affronte-ment avec les FDS dans les forêts du Sud-Ouest et des Cascades. Au regard de ce bilan « positif », le ministre a félicité tous les responsables des services de défense et de sécurité des différents pays impliqués pour les sacrifices consentis pour la tenue effective de Koudanlgou IV Zone 2.

« Solidarité et initiatives endogènes »

Rappelant que cette opération a été menée dans le cadre de l’initiative d’Accra mise en place par les différents chefs d’Etat en septembre 2017, il a félicité les premiers responsables des différents pays membres pour cette action salvatrice dont l’un des objectifs est la mutualisation des renseigne-ments et l’organisation régulière d’opérations conjointes multi-latérales et bilatérales. « C’est par la solidarité, les initiatives endogènes et en comptant sur nos propres capacités que nous pourrons venir à bout des différentes menaces terroristes », s’est-il convaincu. Il a rappelé par ailleurs que la présente opération fait suite aux trois premières opérations Koudanlgou menées respective-ment en mai, novembre 2018 et en novembre 2019 et qui ont enregistré des succès divers. Ce sont ces succès d’ailleurs qui ont motivé selon lui, la conduite de Koudanlgou IV zone 1 et 2.

Des zones qui, a-t-il souligné, font face à l’émergence des groupes armés terroristes tels que Boko Haram, le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans et l’Etat islamique au grand Sahara. Vous avez donné le bilan du côté ennemi, mais qu’en est-il de celui des FDS ? Y a-t-il eu des pertes à leur niveau ? A cette question des journalistes, le ministre a répondu par la négative. Il a rassuré les hommes des médias qu’aucun FDS n’a été tué au cours de cette opération. Il a d’ailleurs profité de l’occasion pour féliciter l’ensemble des hommes et femmes engagés durant les cinq jours de l’opération et pendant les différentes phases de préparation et de planification. Sans donner plus de détails, il a indiqué que la même opération sera menée dans d’autres régions du pays.

Nadège YAMEOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.