Roch Marc Christian Kaboré : place aux actes !

Lors de son adresse à la Nation dans la nuit du jeudi 25 novembre 2021, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, avait, entre autres, annoncé la formation d’une équipe gouvernementale resserrée, des changements au sein des forces armées et une lutte «farouche» contre la corruption. Depuis le mardi 30 novembre 2021, les promesses commencent à se concrétiser au niveau de la grande muette. Plus précisément, du côté de la gendarmerie nationale, au moins dix nominations ont été officialisées. De la première région de gendarmerie, à la 2e en passant par la 3e, la légion spéciale, le commandement des écoles et centres de perfectionnement au centre national de qualification des sous-officiers et au groupement des transports aériens, des changements notables ont été opérés. Petit à petit, les mesures annoncées sont en train d’être effectives.

Selon certaines confidences, les officiers qui ont été responsabilisés à ces différents postes appartiennent à la nouvelle génération. Preuve que le chef de l’Etat a décidé de jouer la carte de la jeunesse. Les nouveaux promus, avec cet avantage non négligeable , sont donc appelés à coordonner efficacement leurs initiati-ves dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Ensemble, avec bien sûr l’accompagnement de leur hiérarchie et des premières autorités, les Burkinabè osent espérer que les nouveaux promus produiront des résultats dans les jours à venir. Le président du Faso poursuivra, sans doute, Ce changement de paradigme annoncé pour que le peuple burkinabè puisse se retrouver comme un seul homme afin d’affronter l’ennemi commun. Tout urge et il faut se hâter d’apporter les réponses adéquates au mécontente-ment inhérent à la crise sécuritaire. Comme le président, Roch Marc Christian Kaboré, lui-même l’a souligné : « La fermeté dont nous ferons preuve afin de mettre chacun devant ses responsabilités sera le ciment de la cohésion, de la discipline et de l’efficacité de nos Forces de Défense et de sécurité et du lien sacré Armée-Nation que j’appelle de tous mes vœux ».

Le chef de l’Etat vient de donner le ton en joignant l’acte à la parole. Nul doute que dans les jours à venir, le chef suprême des armées, sur son cheval de bataille, continuera à impulser cette dynamique ô combien salvatrice et indispensable pour la survie du Burkina Faso en tant qu’Etat-Nation. Aussi, au-delà des querelles de chapelles, de l’égoïsme ou des intérêts partisans, il convient que le peuple burkinabè, toutes sensibi-lités politiques confondues, avec les Forces armées nationales à sa tête, fasse bloc derrière le président Roch Marc Christian Kaboré dans ce combat de longue haleine. L’heure n’est plus aux tergiversations ou aux calculs politiciens, encore moins au déroulement de sombres agendas. Car, c’est une exigence de l’heure. Les lignes doivent impérativement bouger afin de ramener la quiétude sociale et tracer les sillons d’un Burkina meilleur et radieux.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.