Autorité de régulation du secteur de l’énergie : ses missions expliquées aux acteurs du secteur

L’Autorité de régulation du secteur de l’énergie a initié du 29 novembre au 1er décembre 2021 à Ouagadougou, un atelier d’information et de sensibilisation au profit des acteurs du secteur.

L’Autorité de régulation du secteur de l’énergie (ARSE) n’est pas un ’’gendarme’’ dans le secteur de l’énergie. C’est pour donner le maximum d’information sur ses missions, ses attributions, l’organisa-tion et le fonctionnement aux acteurs de l’électricité qu’elle a organisé du 29 novembre au 1er décembre 2021 à Ouagadougou, une rencontre d’information et de sensibilisation des acteurs du secteur sur son rôle. Selon la présidente de l’ARSE, Mariam Nikièma, l’objectif principal de la loi 014 portant réglementation générale du secteur de l’électricité est d’assurer l’approvisionnement suffisant, fiable, et pérenne en énergie au Burkina Faso afin de promouvoir un dévelop-pement socioéconomi-que durable et permettre aux populations d’avoir accès à l’électricité à moindre coût. « La particularité de la loi 014 est d’ouvrir le marché de l’électricité à la concurrence », a indiqué Mme Nikièma.

Désormais outillés pour soutenir le programme d’électrification du Burkina, les acteurs se sont vu expliqués les rôles et missions de l’ARSE.

Ainsi, dans le but de veiller au bon fonctionnement du service de l’électricité à travers la régulation, le suivi et le contrôle des activités de l’électricité, un régulateur a été mis en place à travers l’article 11 de la loi 014, a-t-elle souligné. « Elle peut donner des avis conformes aux textes proposés par le département en charge de l’énergie mais aussi des avis simples notamment dans le domaine des plans d’investissement», a-t-elle souligné. Dans la même dynamique de réforme du secteur de l’électricité, Mme Nikièma a expliqué que d’autres services ont été installés pour supporter le programme d’électrifi-cation du pays. Il s’agit, selon elle, de l’Agence burkinabè de l’électrification rurale (ABER) chargée de coordonner et d’animer toute activité relative à la promotion des énergies renouvelables.

Elle est aussi chargée d’encadrer les coopératives d’électricité rurale. Il y a également l’Agence nationale des énergies renouvelables (ANERE), chargée de veiller aux normes de qualité des équipements qui rentrent dans le pays. Enfin, il y a les consom-mateurs qui sont, à son avis, un nouveau concept de la loi qui régit l’électricité. « Au Burkina nous avons quatre à cinq associations de consom-mateurs et le régulateur a cette lourde tâche de veiller à l’équilibre financier des opérateurs et aux intérêts des consommateurs », a précisé Mme Nikièma. Outre cette organisation, elle a affirmé que sa structure est chargée du règlement des litiges entre les différents protagonistes. « Mais les décisions peuvent être attaquées auprès du tribunal administratif », a-t-elle avancé. Convaincu qu’ils sont les maillons d’une même chaîne, Mme Nikièma a invité l’ensemble des acteurs à soutenir la politique de dévelop-pement pour une croissance socioécono-mique durable du pays des Hommes intègres.

Donald Wendpouiré NIKIEMA

tousunis.do@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.