Solder le douloureux passif

Rassemblement, sursaut patriotique, réconciliation et espoir de lendemains meilleurs. Le chef de l’Etat a appelé, dans son message à la Nation à l’occasion de la célébration du 61e anniversaire de l’accession à la souveraineté internationale, les Burkinabè au rassemblement. Rassemblement autour de nos forces de défense et de sécurité et des valeurs de la République. Le président Kaboré a aussi demandé de se rassembler autour de la Nation dans un élan patriotique en s’appuyant sur une gouvernance vertueuse marquée par le sceau de l’intérêt général et du bien commun.

Il a salué à cet effet, la résilience du peuple burkinabè qui s’emploie, au quotidien, à ne pas courber l’échine devant les terroristes au regard des épreuves traversées jusque-là. Face au contexte sécuritaire difficile, le président du Faso a fait comprendre que le 61e anniversaire de l’indépendance du pays sera célébré dans la sobriété pour respecter la mémoire de toutes les victimes du terrorisme. Il a aussi exprimé sa solidarité aux Personnes déplacées internes (PDI) et celle de la Nation en leur rappelant que les épreuves traversées ne sont pas insurmontables, loin s’en faut. « C’est à nous qu’incombe le devoir historique d’être les artisans de la victoire», a-t-il relevé. Pour contrer l’hydre terroriste, le président Kaboré a prévenu que les Burkinabè doivent s’armer de courage, se regarder en face pour solder tout le passif douloureux sans fuite en avant, en crevant l’abcès conformément au credo présidentiel : vérité-justice et réconciliation. Ce, afin de créer les conditions propices d’un nouveau départ, synonyme d’un nouvel élan, qui est la preuve de la volonté de chaque acteur à reconnaître, en toute humilité, sa part de responsabilité et s’engager pour que nous tournions ensemble définitivement cette page. C’est pourquoi, le président Kaboré dit avoir fait de la réconciliation une priorité majeure de son deuxième et dernier mandat, convaincu que le terrorisme est alimenté et entretenu par « la haine née de notre histoire politique récente ».

Cette réconciliation, a affirmé le chef de l’Etat, doit être réalisée par tous les Burkinabè pour en finir une fois pour toute avec les rancœurs. Pour ce faire, il a invité les politiques et les populations à ne pas occulter les crimes, car sans la vérité, sans la justice et sans le pardon des victimes, la réconciliation sera vaine. Soulignant que le pays traverse un moment inédit de son histoire commune, au regard du lourd bilan des attaques qui ont récemment provoqué des manifestations de colère légitime à travers le pays, le président du Faso a demandé aux populations de ne pas se tromper d’adversaires, encore moins d’’ennemis. Il a alors réaffirmé son engagement aux côtés des FDS pour que nous sortions victorieux de cette guerre qui nous a été imposée par les forces du mal.

Le président Kaboré a appelé à un sursaut national, à une véritable prise de conscience dans une union sacrée des filles et des fils du pays pour bouter hors du Burkina Faso les terroristes et permettre aux déplacés internes de retourner dans leur terroir afin de nous consacrer au développement de notre chère patrie. Dans ces conditions, Roch Marc Christian Kaboré a lancé un appel à tous à consentir l’effort de guerre, chacun en fonction de ses possibilités. En attendant la mise en place d’un dispositif de collecte, à cet effet, qui sera, sans nul doute, initié par le nouveau gouvernement avec à sa tête le nouveau Premier ministre, Lassina Zerbo, le président a rassuré les populations d’une gestion transparente des contributions qui seront collectées.

Mahamadi TIEGNA

mahamaditiegna@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.