Vaccination contre la COVID-19 : Une vaste campagne, du 14 au 23 décembre 2021

Le ministre en charge de la santé, Pr Charlemagne Ouédraogo (droite) a invité la population à adhérer à la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et du Bien-être, Charlemagne Ouédraogo a lancé, le mardi 14 décembre 2021 à Ouagadougou, une campagne de vaccination à grande échelle contre la COVID-19.

Une campagne de vaccination contre la COVID-19 se déroulera du 14 au 23 décembre 2021 dans quatre régions du Burkina Faso à savoir le Centre, le Centre-Ouest, les Hauts-Bassins et le Sud-Ouest. Cette mesure de lutte contre la maladie à coronavirus a été lancée officiellement par le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et du Bien-être, Pr Charlemagne Ouédraogo, le mardi 14 décembre 2021 à Ouagadougou. Pour lui, ces régions ciblées pour débuter la vaccination à grande échelle constituent l’épicentre de l’épidémie.

A terme, a-t-il relevé, cette vaccination va concerner l’ensemble des 13 régions du pays. L’objectif, selon lui, c’est de couvrir le maximum de personnes avec les quatre vaccins disponibles à savoir Astra Zeneca, Johnson and Johnson, Sinopharm et Pfizer. « Dans notre plan de déploiement, nous avons fixé un seuil de 10% de couverture vaccinale d’ici le 31 décembre 2021. Mais, aujourd’hui, nous sommes à une couverture de 4,5%.

Ce qui est loin de notre objectif. C’est pourquoi, nous avons lancé cette campagne pour permettre aux populations d’avoir la vaccination à proximité. Nous espérons atteindre durant cette 1ère phase une cible de 1 700 000 personnes afin d’avoir les 10% à la date prévue », a justifié le ministre. Cette campagne, a-t-il précisé, cible la population de 18 ans et plus y compris les femmes enceintes et celles allaitantes.

« Nous avons mobilisé 2 millions de doses de vaccin pour cette phase », a-t-il souligné. Le ministre Ouédraogo a invité les populations à sortir massivement pour se vacciner contre cette maladie, surtout les personnes en âge avancé et celles qui présentent une comorbidité (diabète, hypertension artérielle, etc.). « Actuellement, nous avons comptabilisé environ 300 cas graves et nous déplorons 100 cas de décès, dont une seule personne vaccinée mais qui présentait une comorbidité », a-t-il indiqué. Ce qui montre clairement, a signifié le ministre en charge de la santé, que les vaccins sont efficaces et approuvés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Kowoma Marc DOH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.