Un violeur en cascades condamné à 8 ans fermes de prison

Viols multiples et vol, ce sont les faits pour lesquels, S.D., âgé d’une trentaine d’années, s’est présenté devant les juges de la Chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso, le vendredi 10 décembre 2021. En effet, il est reproché à S.D. d’avoir entretenu des rapports sexuels non consentants avec dame M.B. âgée de 44 ans, S.F. âgée de 55 ans et B.D. Des viols commis respectivement les 5, 10 et 12 novembre 2021 à Toussiana, dans la province du Houet.

Le prévenu a partiellement reconnu les faits à la barre, en niant les faits de vol et dit avoir eu des rapports sexuels avec l’accord de la victime B.D. Un argument réfuté par la Cour qui a indiqué que la victime B.D., malgré qu’elle ait proposé 40 000 F CFA afin de sauver son honneur, le prévenu l’a non seulement violée, mais aussi retiré son argent. C’est sous la menace d’une machette, a poursuivi le tribunal dans ses explications, que S.F., âgée de 55 ans, a cédé par peur de se faire agresser ou tuer par son bourreau.

C’est pratiquement dans les mêmes circonstances de menace qu’il a parvenu à consommer son acte avec la victime M.B de 44 ans. Dans ses réquisitions, le procureur du Faso, estimant les faits de viols caractérisés, a demandé à la Cour de maintenir S.D dans les liens de la prévention des faits de viols multiples. Par faute d’éléments probants, le parquet a requis que S.D. soit renvoyé pour les faits de vols au bénéfice du doute.

En répression, le procureur du Faso, a infligé 10 ans fermes de prison et 1 000 000 F CFA à l’encontre de l’auteur des viols multiples. Statuant publiquement, contradictoirement, en matière correctionnelle et en premier ressort, la Cour a accordé un séjour de 8 ans fermes de prison et une amende de 1 000 000 F CFA assortie de sursis d’exécution au violeur en cascades pour rendre justice à ces femmes victimes de son acte.


Trois mois après sa première condamnation pour les mêmes faits, il revient encore devant les juges

Trois mois après une condamnation de 14 mois avec sursis pour vol de téléphone portable, T.A., âgé de plus de 30 ans, était encore à la barre de la Chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso ce vendredi 10 décembre 2021 pour répondre des faits de tentative de vol.

En effet, le 13 novembre 2021, sur l’espace d’une foire dans la cité de Sya où il s’était rendu dans l’espoir de récupérer le reste de nourriture des fêtards, le prévenu tente, selon le récit des faits, de soustraire frauduleusement un téléphone portable en charge. Malheureusement, il ne pourra pas commettre son forfait car interrompu par des festivaliers qui l’ont aperçu. Devant les juges, il nie les faits. A la question du président de la Cour de savoir s’il se rappelait ses propos devant le procureur, le prévenu soutient que c’est par peur qu’il avait acquiescé d’avoir tenté de voler le téléphone.

Assailli par les questions, il finit par avouer son délit. Soutenant que n’eût été des circonstances qui l’ont empêché, le prévenu allait commettre l’acte de vol, le procureur du Faso, conformément à l’article 611-2 du Code pénal nouveau, a souhaité que le prévenu soit maintenu dans les liens de la prévention de tentative de vol. En répression, une peine d’emprisonnement de 48 mois fermes et une amende de 1 000 000 FCFA ont été requis contre lui. T.A devrait attendre la fin des audiences du jour pour être situé sur son sort.


24 mois de prison dont 4 fermes pour avoir voler 8 bouteilles d’alcool

Employé de commerce, célibataire et père d’un enfant, H.N. a comparu à la Chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso, ce vendredi 10 décembre 2021, pour répondre des faits de vol de trois bouteilles d’alcool. Des faits qui se sont déroulés le 31 octobre 2021 à Bobo-Dioulasso. A la barre, H.N., âgé de 38 ans, sans hésitation, reconnaît son infraction.

Un ancien client de ce débit de boisson, H.N. dit n’avoir pas de l’argent pour s’acheter la bière ce jour-là. Pour étancher sa soif, il a commandé les 8 bouteilles en laissant croire au gérant des lieux que des amis devraient le rejoindre pour fêter son anniversaire. Une fois servi, l’employé de commerce prend ses jambes à son cou avec la boisson sans honorer la facture. Un acte ignoble pour le procureur, qui estime que l’on pouvait le comprendre s’il avait volé pour se nourrir ou pour se soigner.

« Mais voler de la bière, c’est inadmissible », dit le parquet qui a requis une peine de 24 mois dont 18 fermes de prison et une amende de 500 000 F CFA assortie de sursis d’exécution. Le tribunal, après avoir déclaré le voleur-buveur coupable des faits de vol, a retenu une peine d’emprisonnement de 24 mois dont 4 fermes et une amende de 500 000 F CFA avec sursis.


S.D. est-il vraiment un malade mental ?

Accusé de vol sur 11 paquets de boisson sucré et des gâteaux à D.A , 5 autres paquets de sucrerie et un sac d’engrais appartenant à S.Y.R , S.D. s’est expliqué devant le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso en premier ressort ce vendredi 10 décembre 2021. A la barre, l’incohérence de ses propos laisse croire à une altération de ses facultés mentales qui convainc le parquet à renvoyer le dossier au 30 janvier 2022 afin de diligenter une expertise médicale pour se rassurer de l’état de santé du prévenu.

Rassemblés par Kamélé FAYAMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.