Médiateur du Faso Fatimata Sanou/Touré officiellement aux commandes

Le nouveau Médiateur du Faso, Fatimata Sanou/Touré, a été officiellement installée dans ses fonctions au cours d’une audience solennelle au Conseil constitutionnel, le jeudi 16 décembre 2021, à Ouagadougou.

Le Burkina Faso a un nouveau Médiateur du Faso en la personne de la magistrate Fatimata Sanou/Touré. Nommée par le Chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, le 26 novembre 2021, elle a prêté serment devant les juges du Conseil constitutionnel, dans la matinée du jeudi 16 décembre 2021 à Ouagadougou. Fatimata Sanou/Touré remplace à ce poste, Saran Séré/ Serémé qui a rendu sa démission, après quatre années passées à la tête de l’institution. En l’absence du président du Conseil constitutionnel, c’est le doyen d’âge, assurant l’intérim, Bouraïma Cissé, qui a officié l’audience solennelle de prestation de serment. C’était en présence de nombreux invités, parents, amis, connaissances et du ministre d’Etat auprès du Président du Faso, chargé de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale, Zéphirin Diabré.

« Je jure solennellement de bien et fidèlement remplir mes fonctions de Médiateur du Faso, en toute indépendance et impartialité, de façon digne et loyale, de garder le secret des informations détenues dans le cadre de l’exercice de mes fonctions ». « Faire valoir la primauté du droit » C’est par ces mots, prononcés devant les juges que Fatimata Sanou/ Touré, la main droite levée, a prêté serment. Après cet acte solennel, le doyen d’âge du Conseil constitutionnel a donné acte à son serment, en lui renvoyant à l’exercice de ses fonctions. Toutefois, Bouraïma Cissé n’a pas manqué de conseils à l’endroit du nouveau Médiateur du Faso. L’encourageant dans l’exercice de ses nouvelles fonctions, il lui a demandé d’avoir toujours à l’esprit « le sens de son serment ».

Dans un contexte de crise sécuritaire, sanitaire et de quête permanente d’une véritable cohésion sociale pour faire face aux défis, le juge Cissé l’a invitée à produire des résultats et à convaincre « les plus sceptiques » de l’importance du Médiateur du Faso dans la construction du pays. « En tant que femme de droit et militante des droits humains, vous avez et nous en sommes convaincus, les ressources nécessaires pour accomplir votre mission. Ayez pour boussole les principes que vous vous êtes engagée à respecter à savoir l’indépendance, l’impartialité et la loyauté », a déclaré Bouraïma Cissé. Prenant bonne note de tous ces conseils, Fatimata Sanou/Touré a traduit sa reconnaissance au président du Faso pour la confiance en lui confiant la responsabilité de Médiateur du Faso. Une responsabilité qu’elle a dit prendre avec humilité tout en mesurant l’immensité de la charge. « Au cours de mon mandat, je vais m’employer à faire valoir la primauté du droit, les principes de justice, d’équité », a-t-elle confié. Mme Sanou a souligné qu’avec ses collaborateurs, elle travaillera à consolider les acquis de ses prédécesseurs. Et d’ajouter qu’elle mettra tout en œuvre pour l’apaisement du climat social, socle de tout développement harmonieux. Magistrate de grade exceptionnel, Fatimata Sanou/Touré est née en 1967. Avant sa nomination au poste de Médiateur du Faso, elle était présidente à la Chambre de la Cour d’Appel de Ouagadougou et Présidente des femmes Juristes du Burkina Faso.

Soumaïla BONKOUNGOU

Mireille OUEDRAOGO (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.