« Opération mains propres » au sens propre ?

Mon voisin est encore venu me voir. Il m’a demandé pourquoi on lance une « opération mains propres », alors que nos concitoyens savent déjà bien se laver les mains. « Avec la pandémie du corona virus, nous avons appris à bien nous laver les mains et cela fait déjà deux ans que ça dure ! Pourquoi donc parle-t-on encore d’opération mains propres comme si nous n’étions pas assez matures pour savoir garder nos mains propres ? »

J’ai dit à mon voisin qu’il ne s’agissait pas de la pandémie à corona virus mais plutôt de la pandémie de la corruption. Mon voisin arbora un sourire de dédain en me prévenant de ne pas me moquer de sa gueule. J’ai dit voisin, ce n’est ni de la moquerie ni de la comédie et encore moins une parodie. Il rentra chez lui et ressortit aussitôt avec une pile de journaux aux titres rouges gras et truffés de gros mots comme « dossiers pendants… », « Impunité galopante… », « Trafic illicite… », « Détournement de fonds… », « Scandale financier à ciel ouvert… », etc. Il égrena le contenu de chaque titre en citant au passage les noms de tous ceux qui se sont salis les mains dans ces affaires. Et il ajouta que c’est clair comme du charbon fin. Il a même osé remettre en cause mon intégrité morale en me demandant si moi-même j’avais les mains propres. Il conclut que finalement, très peu d’âmes ont les mains propres dans ce pays et si ceux qui seront chargés de laver les mains des autres ont eux-mêmes les mains sales, ils ne feraient que salir davantage ce qui était déjà sale. Et puis poursuivit-il : « est-ce que l’opération mains propres sera une opération de seconde main ou de première main, menée d’une main de fer et de main de maître au point de toucher même les mains des hommes de mains et toutes les mains qui sont dans de bonnes mains ? Quelles seront les critères de sélection des mains laveuses et des mains sales ? Jusqu’à quel degré de souillure peut-on qualifier une main de sale ou de propre ? Est-ce que les laveurs de mains seront des gens qui se sont déjà fait la main et auront-ils les mains libres et suffisamment d’eau à portée de main pour bien prendre les choses en main ? En cas de coupure d’eau avec quoi laveraient-ils les mains ?

Est-ce que l’opération mains propres sera faite à la main, à mains nues et à pleines mains ? ». Pour lui, il faudra veiller à ce que ceux qui ne veulent pas se salir les mains mais font faire à des mains-à-tout-faire ce que leurs mains ne font pas pour paraître propres, soient aussi lavées. Il a même préconisé qu’on implante des lave-mains partout pour une campagne nationale de lavage des mains sales et forcer la main même aux petites mains impropres. Il faudra veiller sur la qualité de l’eau de lavage qui doit être aussi propre que les mains des saints laveurs. Il m’a dit que si c’était en Chine, on en compterait des milliers au pied de la potence du peuple pour subir la sentence d’un délit d’apparence à équivalence de leur opulence à outrance. J’ai dit à mon voisin que nous étions dans un Etat de droit et qu’on ne pouvait pas exécuter froidement un citoyen pour de bénins larcins ou des peccadilles à six ou sept chiffres. Et puis voisin, il y a de dignes milliardaires dans ce pays qui n’ont jamais volé un seul kopeck de l’Etat ! Il y a des citoyens honnêtes qui se sont taillé des centaines de parcelles, mais ils ont des papiers pour cela ! C’est vrai, il y en a qui ont trimballé des cantines de tontines de rapines et certains ont même été cités dans des rapports accablants mais entre les torts des rapports et la raison des torts, il peut avoir une certaine raison qui donne raison au présumé coupable.

Et encore faut-il connaître l’histoire de la théorie du trou noir ou des tiroirs sans fond ; ces tiroirs dans lesquels les dossiers pendants au cou tordu sont adjugés et jugés sans suite, pendus et vendus sans que justice ne soit rendue. Mon voisin a dit que certains vont se laver une main et laisser l’autre, alors qu’on a vraiment des mains propres que quand on les lave à deux et à deux mains. Pour lui, il faudra aussi que les laveurs aient le bon réflexe de se laver d’abord les mains avant de laver les mains des autres. Il m’a soufflé que depuis qu’on a annoncé l’opération mains propres, certains ont vite simulé des blessures ou des panaris aux mains et marchent les mains bandées ou emballées dans un foulard. Il y en a aussi qui marchent les mains dans les poches comme des manchots. Il a exagéré en me confiant que certains préfèreraient même l’amputation des deux mains que de se laisser laver les mains par d’autres mains. Et que faire de ces mains tellement sales qu’elles sont « inlavables », parce qu’impropres jusque sous la peau ? Et mon voisin de me demander si l’opération mains propre est une opération au sens propre et si elle sera placée sous le signe d’une soustraction ou d’une addition ou mieux, d’une multiplication. Et il insista sur le fait qu’une soustraction pourrait créer une division à l’heure où nous avons besoin d’une nation resserrée et résiliente.

Clément ZONGO

clementzongo@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.