Pédagogie universitaire : 25 nouveaux assistants formés

Le Centre pédagogique universitaire de l’Université Norbert-Zongo a organisé, du 13 au 17 décembre 2021, à Koudougou une session de formation en pédagogie universitaire au profit des enseignants nouvellement recrutés.

25 assistants qui débutent leur carrière dans l’enseignement supérieur, issus des promotions de 2019, 2020 et 2021 ont pris part à une formation organisée par le Centre de pédagogie universitaire (CPU) de l’Université Norbert-Zongo (UNZ) du 13 au 17 décembre 2021. Selon le directeur du CPU de l’UNZ, Dr Gabriel Guy Landry Kandayinga Yaméogo, cette formation vise à renforcer les compétences profession-nelles du personnel nouvellement recruté pour l’enseignement supérieur et mis à la disposition de l’UNZ et du Centre universitaire de Manga rattaché à l’université de Koudougou. « Il s’est agi de les outiller sur la pédagogie universitaire, la gestion des classes, le déroulement du cours et les évaluations dans le contexte d’effectifs pléthoriques », a-t-il précisé. L’autre objectif était de faciliter l’intégration des nouveaux enseignants dans leur milieu de travail, a-t-il dit. Car après le doctorat et la spécialisation, il est important de s’initier, a-t-il poursuivi, aux pratiques enseignantes, aux rapports enseignants-étudiants et à l’art d’enseigner dans les amphis. Parce que contrairement aux enseignants du primaire et du secondaire, a fait observer Dr Yaméogo, au supérieur l’on ne bénéficie pas de formation pédagogique dans une école professionnelle avant d’exercer.

Le directeur du CPU, Dr Landry Kandayinga Yaméogo : « cette formation vise à renforcer les compétences professionnelles des nouveaux assistants ».

« Les enseignants-chercheurs, le plus souvent, ont tendance à oublier le volet enseignement en déployant toute leur expertise à publier des articles et des ouvrages pour espérer passer des grades par souci de leur carrière. C’est ainsi que la qualité de l’enseignant dans les amphithéâtres prend parfois un coup. Autant on s’investit dans la recherche, autant il faut s’investir dans la pratique enseignante », a-t-il ajouté. Cette formation vise donc à corriger ces insuffisances et à leur permettre d’être à l’aise dans la conduite des cours, malgré les gros effectifs et adapter les méthodes d’enseigne-ment en fonction du public cible, foi de M. Yaméogo. De son avis, en pédagogie universitaire, les procédés sont divers et il faut les maîtriser pour savoir à quel moment les utiliser.

Pérenniser l’initiative

Plusieurs modules ont été développés par des enseignants afin de partager leurs expériences des cours dans les universités. On peut citer, entre autres, thématiques : « L’idée d’université et ses implications dans l’enseignement et la recherche ; la gestion efficace des grands effectifs en pédagogie universitaire ; scénarisation des modules et stratégies efficaces d’évalua-tion des grands effectifs, le système LMD et ses implications ; droits et devoirs des enseignants des universités publiques du Burkina ; spécificités de la communication pédagogique en pédagogie universitaire ». Pour Dr Adèle Sambaré qui a pris part à la session au compte du Centre universitaire de Manga, cette initiative de CPU, est à saluer. « Nous avons beaucoup appris pendant ces cinq jours et si l’initiative n’existait pas il aurait fallu la créer », a-t-elle déclaré. Recruter un Docteur et l’embarquer dans l’enseigne-ment sans une initiation en pédagogie, ce n’est pas évident, a-t-elle admis. Un diagnostic sur le terrain pourrait révéler cela. Dr Kiswensida Michel Yaméogo est recruté à l’UNZ au département des Lettres modernes. Pour lui, après un doctorat l’on est nourri scientifiquement mais on ne l’est pas forcement en pédagogie. « Cette formation pédagogique vient donc compléter nos connaissances avec des méthodes pratiques pour réussir notre mission d’enseignement. Les effectifs constituent aujourd’hui l’une des difficultés dans nos universités publiques. La formation nous a offerts des solutions pour les surmonter », a-t-il confié.

Selon Dr Adèle Sambaré, la tenue de cette session est à saluer.

De telles formations vont contribuer à réduire les échecs à l’université. Car, selon lui, avoir les connaissances, c’est une chose, mais savoir les partager avec les étudiants en est une autre. C’est pourquoi cette initiative du CPU doit être renforcée, pérennisée afin que d’autres puissent en bénéficier, a-t-il souhaité. Dans les trois ordres d’enseignement au Burkina (primaire, secondaire et supérieur), seuls les deux premiers bénéficient de formation en pédagogie. « Il faut revoir les paradigmes parce qu’un docteur est spécialiste dans un domaine précis et la pédagogie est un autre domaine à part entière », a estimé l’enseignant-chercheur. Le Centre de pédagogie universitaire de l’UNZ a été créé en 2008. Il a pour mission d’outiller les enseignants nouvellement recrutés dans le cadre de la formation initiale au sein des institutions d’enseignement supérieur en pédagogie universitaire afin que leurs pratiques enseignantes, soient au service de l’efficacité interne et externe.

Beyon Romaine NEBIE

beynebie@gmail.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.