Carrière de sable de Kôrô : « Mine d’or », drame écologique

Au commencement ce fut une pelletée ensuite une brouette…, et de nos jours se sont les « camions Ben » qui s’y engloutissent pour le chargement. Cette excavation à ciel ouvert faite de main d’hommes est une vraie mine.

En ce sens qu’elle a la particularité d’avoir le bon matériau de construction, faisant ainsi l’affaire des uns et des autres. Elle s’élargie et s’approfondit, ainsi de jour en jour, au profit des élévations de mur de bâtisses à travers les quatre coins du Burkina. Malheureusement, ce cratère, « muet volcan » est aussi une mine qui comporte un risque élevé d’explosion. Située à la rentrée de Bobo-Dioulasso, route de Ouagadougou, la carrière de sable de Kôrô, puisque c’est d’elle dont il est question, est une béante ouverture qui tutoie outrageusement les balistes et prend en otage la Nationale 1.

Ce « monstre sourd », à chaque centimètre atteint, martyrise le sol et réduit les troncs d’arbres en bois. Tel est le spectacle que cette mine à double face nous offre avec une forte dose d’anxiété. Si tant que la préservation de l’environnement est un phénomène mondial, donc la chose la mieux partagée de nos jours, l’acte devrait joindre la parole afin d’éviter l’irréparable avec cette situation de la carrière de sable de Kôrô, plus qu’inquiétante. Il est donc impératif de situer les responsabilités et d’agir conséquemment afin de préserver l’environnement et non les dividendes dans l’optique d’un futur heureux des générations à venir .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.