Gouvernement-populations du Centre-Est : Un face à face sur les préoccupations de la région

C’est un rendez-vous du donner et du recevoir entre une équipe gouvernementale…

La conférence régionale du gouvernement du Centre-Est s’est tenue, le jeudi 23 décembre 2021, à Tenkodogo.

C’est un exercice de redevabilité auquel une équipe gouvernementale s’est livrée, le jeudi 23 décembre 2021, à Tenkodogo, face aux populations de la région du Centre-Est. La conférence régionale du gouvernement a, en effet, permis à l’Exécutif de faire un exposé sur les actions menées au cours des six dernières années et d’envisager des perspectives.

Le ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydro-agricoles, de la Mécanisation et des Ressources animales et halieutiques, Moussa Kaboré, a décliné la vision de son département qui est de faire du secteur agropastoral, le levier d’un développement durable à travers une agriculture moderne, compétitive, générant de l’emploi et des revenus et assurant une sécurité alimentaire pour l’ensemble des Burkinabè.

Il a égrené quelques réalisations faites de 2016 à 2021 dans le Centre-Est. Ce sont 1 094 hectares (ha) de bas-fonds et 44 000 ha de nouveaux périmètres aménagés. Pour ce qui est de Bagré-pôle, il a déclaré que pour la même période, 2 200 ha de périmètres additionnels ont été réalisés. Par ailleurs, il a ajouté que 35 000 charrues et animaux de trait et 11 000 tonnes d’engrais ont été subventionnés au profit de la région.

Le ministre Kaboré a annoncé la construction d’une unité de production d’engrais à Koupèla, déjà réalisée à 70%. En outre, il a fait savoir qu’une usine de production de tracteurs est prévue à Bobo Dioulasso. Il a encouragé les agriculteurs à aller à l’assurance agricole afin de faire de l’agriculture un secteur économique.

Le ministre des Sports, de l’Autonomisation des jeunes et de l’Emploi, Mathias Tankoano, a également relevé plusieurs acquis engrangés par son département depuis 2016 dans la région. En matière de sport, il a cité la construction des plateaux omnisports de Ouargaye et de Koupèla, du stade régional à Tenkodogo, de la clôture du stade de Zabré.

Un centre de dialyse pour Tenkodogo en 2022

En ce qui concerne l’autonomisation des jeunes, l’ancien président du Conseil supérieur de la Communication a affirmé que plus de 900 jeunes ont bénéficié de financements pour la réalisation de leurs projets, 3 669 autres ont été formés en entrepreneuriat dans la région. Le ministre Tankoano a relevé la construction d’un centre polyvalent à Bagré, la remise d’unité économique de fabrication de ‘’kilsi’’ aux acteurs du domaine à Pouytenga, la mise en place d’un conseil régional des jeunes.

Pour ce qui est des perspectives, il a promis, entre autres, la construction d’un vélodrome, l’achèvement du stade régional de Tenkodogo. En attendant, Mathias Tankoano a déploré que des fonds alloués aux jeunes pour la réalisation de leurs projets aient été utilisés à d’autres fins notamment dans l’achat de motos et la célébration de mariages. Ce qui explique, a-t-il confié, qu’à ce jour, plus de 10 milliards de francs CFA n’ont pas été remboursés, rendant difficile le financement d’autres projets.

Pour lui, un prêt n’est pas un don. Il a appelé les jeunes à plus de responsabilités et invité ceux qui évoluent dans le secteur informel à basculer dans l’économie formelle, créatrice d’emplois. Les formations professionnelles sont-elles destinées uniquement aux jeunes des centres urbains ? Pourquoi ne pas décréter l’Etat de siège dans les zones occupées par les terroristes ? A quand un centre de dialyse à Tenkodogo ?

N’est-il pas mieux d’abandonner les élections municipales et allouer les fonds prévus à cet effet à la lutte contre le terrorisme ? Qu’en est-il de l’enquête sur le drame de l’université Norbert-Zongo de Koudougou où quatre étudiants ont trouvé la mort ? A ces préoccupations, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, porte-parole du gouvernement, Alkassoum Maïga, a indiqué que la vision de l’Exécutif, c’est de former les jeunes aussi bien des villes que des campagnes.

Du reste, il a déclaré que l’autonomisation des jeunes est l’une des réponses à l’insécurité. Cette dernière, a-t-il insisté, est la priorité du gouvernement. Pour ce qui est du drame de Koudougou, il a préféré ne pas donner de détails sur la question, indiquant que l’affaire est dans les mains de la justice. Néanmoins, il a rappelé que huit personnes ont été déjà déférées à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou. Le centre de dialyse de Tenkodogo est prévu pour fin 2022, a annoncé le ministre Maïga.

Anselme KAMBIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.