Situation nationale : L’ADP appelle à l’engagement de tous les Burkinabè

L’Alliance pour la Défense de la Patrie (ADP) a animé une conférence de presse le jeudi 30 décembre 2021 à Ouagadougou pour donner sa lecture de la situation nationale et apprécier les engagements pris par le président du Faso pour faire face à la crise.

Au regard de la situation sécuritaire préoccupante que connait le Burkina Faso, l’Alliance pour la défense de la patrie (ADP) invite le peuple burkinabè à plus d’engagements pour relever les défis. L’information a été donnée par son président, Abraham Badolo, au cours d’une conférence de presse que la structure a animée le jeudi 30 décembre 2021 à Ouagadougou.

A cette rencontre avec la presse, les responsables de l’ADP ont fait l’état des engagements pris par le président du Faso à la suite du drame d’Inata et la question récurrente de la dotation conséquente des Forces de défenses et de sécurité (FDS) en matériels nécessaires pour faire face à l’hydre terroriste.

Pour Abraham Badolo et ses camarades, sur quatre engagements pris par le président du Faso le 25 novembre dernier, trois sont en cours de réalisation. « S’il faut saluer cette montée au créneau du président du Faso, cependant il est à noter que les engagements relatifs à l’opération mains propres et le déploiement des hauts gradés de l’année sur les théâtres d’opérations n’ont pas connu un début effectif.

Ces engagements sont toujours à l’étape de promesses et de bonnes intentions », ont fait remarquer les animateurs du point de presse. Pour venir à bout du terrorisme, Abraham Badolo a suggéré que chaque citoyen joue sa partition dans un élan d’unité nationale et de cohésion sociale et d’aller au-delà des intérêts personnels pour privilégier le bien-être de toute la Nation. Pour faire face à la situation sécuritaire qui se dégrade de jour en jour, l’ADP pense également qu’il faut impérativement doter les FDS d’armements nécessaires.

Un engagement pris, selon lui, par le président du Faso le 25 novembre 2021, mais qui peine à être réalisé. « Dans notre dynamique de mieux comprendre le sujet, il est apparu que plusieurs pays africains seraient signataires d’accords avec des puissances qui les empêcheraient de commercer avec n’importe quel pays dans l’acquisition de l’armement », a expliqué M. Badolo.

Pour lui, il est du devoir de nos chefs d’Etats de redéfinir les différents accords avec ces puissances et de s’affirmer, a-t-il poursuivi. Le président de l’ADP a aussi ajouté que la situation sécuritaire exige à l’armée d’avoir pour seul objectif, la lutte contre le terrorisme et à l’autorité de jouer son rôle pour créer un climat favorable à cette lutte au sein des FDS et des populations.

Soumaïla BONKOUNGOU &

Miriène OUEDRAOGO (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.