Promotion immobilière au Burkina : Les députés scrutent les résultats d’une enquête

L’Assemblée nationale tient les 10 et 11 janvier 2022, à Ouagadougou, un séminaire d’information sur les résultats de l’enquête parlementaire relative au système et aux pratiques de promotion immobilière au Burkina Faso.

Le Parlement de la 7e législature a mis en place une commission d’enquête parlementaire sur le système et les pratiques de la promotion immobilière au Burkina Faso en vue d’assainir le secteur. Toutefois, des contraintes liées à la fin de la législature combinées aux exigences du calendrier électoral n’ont pas permis à l’Assemblée nationale de valider le rapport de ladite commission.

C’est pourquoi, un séminaire a été initié, les 10 et 11 janvier 2022 à Ouagadougou, pour permettre aux députés de la 8e législature de s’imprégner des résultats de l’enquête. Selon le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, la rencontre vise à informer les parlementaires de la problématique de la promotion immobilière à travers un partage du contenu des conclusions auxquelles la commission est parvenue.

« Loin des clivages politiques ou des intérêts corporatistes, il appartient aux députés de mesurer les dangers réels et éventuels de cette activité sur notre société à travers des contributions pertinentes et objectives », a-t-il déclaré à l’ouverture du séminaire. A l’entendre, depuis près de deux décennies, les populations sont confrontées à un besoin crucial de logement.

De ce fait, a-t-il rappelé, pour apporter des réponses à ces exigences, les pouvoirs publics ont élaboré une politique nationale de l’habitat à travers l’adoption de la loi n°057-2008/AN portant promotion immobilière au Burkina Faso. « Malgré l’existence de ces instruments, force est de constater que l’objectif ultime de fournir aux populations un logement décent reste toujours fuyant », a-t-il déploré.

Pour lui, cette ambition a laissé la place à la création d’une pléthore de sociétés de promotion immobilière qui peinent à satisfaire les populations. « Pire, l’on fait le constat amer de nombreuses dérives et irrégularités qui menacent la coexistence pacifique entre les populations », a-t-il signifié. A cet effet, il a salué le travail abattu par les membres de la commission d’enquête parlementaire sur la promotion immobilière qui, selon lui, contribue à proposer des solutions aux problèmes générés par cette activité.

Pour le président de la commission chargée de l’enquête sur la promotion immobilière, Lomboza Narcisse Coulibaly, l’investigation a consisté à entendre les différents acteurs, les responsables des ministères concernés par la question, les maires, les propriétaires terriens… Ensuite, a-t-il poursuivi, la commission s’est déportée sur le terrain pour vérifier si ce que les députés entendent est réel.

A l’entendre, la question de la promotion immobilière est une « bombe latente » si rien n’est fait. « Notre examen a montré que pour le seul cas de Ouagadougou, les terres mobilisées sur les quatre années dépassent l’ensemble des lotissements depuis 1912 à aujourd’hui », a déclaré, M. Coulibaly. Pour lui, la promotion immobilière est une bonne initiative parce qu’elle accompagne l’Etat dans sa politique de logement. Mais, a-t-il fait savoir, l’esprit de la loi portant promotion immobilière au Burkina Faso n’est pas respecté.

Aly SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.