Situation nationale : « Il n’y aura pas de chasse aux sorcières », le chef de l’Etat

Le président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), chef de l’Etat, le lieutenant-colonel, Paul-Henri Sandaogo Damiba, s’est entretenu, le vendredi 28 janvier 2022, avec des officiers généraux à la retraite et les directeurs généraux des Etablissements publics de l’Etat (EPE et sociétés d’Etat).

Paul-Henri Sandaogo Damiba, a invité les DG des EPE à se remettre au travail à la suite du constat d’un ralentissement des activités.

Depuis sa prise de pouvoir, à la suite du coup d’Etat du 24 janvier 2022, le président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), le lieutenant-colonel, Paul-Henri Sandaogo Damiba, multiplie les rencontres avec les forces vives de la Nation. Son ambition est d’élargir les concertations en vue d’aboutir à des propositions « inclusives » et « consensuelles », répondant aux aspirations légitimes du peuple burkinabè, comme il s’y est engagé. Ainsi, le chef de l’Etat a rencontré deux catégories de personnes, dans l’après-midi du vendredi 28 janvier 2022 à Ouagadougou, quelques heures après sa première adresse à la Nation.

Il a échangé dans un premier temps, avec les officiers généraux de la seconde section. Ces gradés ne sont plus en activité, mais ils restent à la disposition du ministère de la Défense, qui peut les employer en fonction des nécessités. Même si aucune information n’a filtré de cette rencontre, on imagine que le lieutenant-colonel Damiba s’est mis à l’écoute des officiers généraux de la deuxième section pour la construction d’un Burkina nouveau. « Un Burkina nouveau, débarrassé des oripeaux d’une gestion politique aux antipodes des nouvelles aspirations de notre peuple », comme il l’a souligné dans son premier discours. Le chef de l’Etat a, par la suite, eu un échange direct avec les Directeurs généraux (DG) des sociétés d’Etat et des Etablissements publics de l’Etat (EPE), à qui il a expliqué sa vision.

Eviter les mouvements de fonds suspects

Le lieutenant-colonel Damiba a assuré à ses interlocuteurs, son engagement à faire avancer le pays en combattant en priorité l’insécurité sous toutes ses formes. Pour les éventuelles sanctions de la CEDEAO contre le Burkina, à la suite du coup de force qui l’a porté au pouvoir, le chef de l’Etat s’est dit optimiste. Spécifiquement, face au constat d’un « ralentissement » de l’activité des EPE, le chef de l’Etat a invité les DG à se remobiliser, tout en faisant attention aux mouvements de fonds qui pourraient être suspects.

« Il n’y aura pas de chasse aux sorcières, mais je serai très regardant sur les EPE », a laissé entendre le président du MPSR, selon nos sources. Il a affiché sa volonté d’avoir un « contrôle réel » sur le fonctionnement des EPE, dont les premiers responsables ont été exhortés à prendre des dispositions pour disposer en permanence de la liquidité pour le fonctionnement de l’administration. Aussi a-t-il demandé aux DG de faire, dans un délai de sept jours, les points relatifs au fonctionnement des EPE, en incluant les problèmes urgents sur la base desquels des mesures diligentes pourraient être prises. Après son intervention, le chef de l’Etat a donné la parole à quelques DG. Plusieurs préoccupations ont été ainsi soulevées, notamment le déblocage rapide des subventions d’exploitation, des dérogations pour les besoins des activités menées au profit des services spécifiques tels que les hôpitaux et la fourniture d’électricité. En réaction, le lieutenant-colonel Damiba a rassuré que des dispositions sont prises en lien avec les secrétaires généraux assurant l’exécution des affaires courantes. Pour les autres préoccupations, le chef de l’Etat a indiqué qu’elles seront « étudiées » par le MPSR.

Synthèse de

Kader Patrick KARANTAO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.