Campagne nationale de vaccination contre la COVID-19 : « Près de 100 000 personnes ont été vaccinées dans les Hauts-Bassins », Dr Konaté, MCD de Do

Le ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et du Bien-être a organisé, du 21 au 27 janvier 2022, dans les 13 régions du Burkina Faso, une campagne nationale d’intensification de la vaccination contre la COVID-19. Dans les Hauts-Bassins, ce sont près de 100 000 personnes qui ont été vaccinées, selon le Médecin-chef du district sanitaire (MCD) de Do, Issa Konaté (représentant le directeur régional en charge de la santé) que nous avons rencontré le 1er février 2022.

Sidwaya (S) : La campagne nationale d’intensification de la vaccination contre la COVID-19 s’est déroulée du 21 au 27 janvier 2022. Quel bilan pouvez-vous faire dans les Hauts-Bassins ?

Issa Konaté (I.K.) : Nous retenons que le bilan de cette campagne est satisfaisant, vu qu’elle a eu lieu dans un contexte marqué par des troubles qui ont abouti à un changement de régime. Dans la région des Hauts-Bassins, les agents de santé et le monde communautaire ont abattu un énorme travail pour atteindre les cibles par la mobilisation. Pour la région, l’objectif était de vacciner 70 000 personnes. Mais au terme de la campagne, nous avons pu vacciner près de 100 000 personnes. Cela a été réellement un succès. Au vu de la mobilisation dans la région, nous pouvons dire que la population adhère de plus en plus à la vaccination contre la maladie à coronavirus.

S : Cette campagne fait suite à une première qui a eu lieu du 14 au 23 décembre 2021 et qui a notamment ciblé la région des Hauts-Bassins. Quel bilan peut-on avoir de cette campagne ?

I. K. : Pour cette première campagne, il y a eu des motifs de satisfaction. Cette campagne est survenue dans un contexte d’ouverture des frontières. Il nous avait été demandé d’atteindre 10% de la couverture de la population. De façon globale, nous avons atteint notre cible. Nous avons pu vacciner près de 160 000 personnes.

S : Quels sont les chiffres de la vaccination depuis le début des opérations en juin 2021 ?

I. K. : Le nombre de personnes vaccinées depuis le début, en juin 2021, est de 375 959 au niveau de la région des Hauts-Bassins, soit 31% de celles qui ont plus de 18 ans. Ce chiffre est de 2 093 513 au niveau national.

S : Dès les premières heures, certains agents de santé étaient réticents à la vaccination. La donne a-t-elle changé ?

I. K. : Au niveau de la vaccination des agents de la santé, il y a une adhésion de plus en plus manifeste. Il y avait des appréhensions au début. Mais de plus en plus, il y a du recul. Les agents de santé adhèrent de plus en plus à la stratégie de vaccination et en fin décembre 2021, près de 95,23 de cette cible ont reçu au moins leur première dose.

S : Pendant la campagne, des effets indésirables ont-ils été signalés ?

I. K. : Les vaccins COVID-19 comme tout autre vaccin ont des effets indésirables. Tout produit a des effets indésirables. Les effets indésirables sont généralement la fièvre, les douleurs ou les maux de tête. Cela est normal. Ce que nous craignons, ce sont des effets secondaires graves qui peuvent aller au-delà de ces signes simples que nous venons d’évoquer. En tout état de cause, nous menons des investigations pour voir si ces effets sont réellement liés aux vaccins ou pas. Les vaccins sont gratuits. La prise en charge des effets indésirables est aussi gratuite. Il y a un système en place et s’il y a un problème, il faut se référer aux services de santé pour une éventuelle prise en charge. Nous encourageons les gens qui ont des effets secondaires à les signaler afin que nous puissions répondre efficacement le plus tôt possible.

S : Quel message avez-vous à lancer à la population de la région ?

I. K. : Nous invitons la population à maintenir la veille sanitaire en se protégeant et en protégeant les autres. Nous demandons d’observer les mesures- barrières, de recourir aux professionnels de santé pour avoir les informations utiles et de se faire vacciner. Il faut noter qu’il y a 4 types de vaccins. De ces vaccins, seul un se fait en une seule dose. Il s’agit de Johnson & Johnson. Les trois autres se font en deux doses. Ce sont AstraZeneca, Sinopharm et Pfizer. Pour AstraZeneca, la deuxième dose s’administre deux mois après la première. Pour Sinopharm et Pfizer, la deuxième dose intervient un mois après la première dose. Pour cette campagne, c’est Pfizer qui a été le plus utilisé. Nous invitons ceux qui se sont fait vacciner, à se rendre dans les centres de santé pour leur deuxième dose selon le vaccin et la périodicité de la vaccination.

Adaman DRABO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.