Pèlerinage de Yagma 2022 : les fidèles prient pour la paix au Burkina

Les fidèles catholiques de l’archidiocèse de Ouagadougou ont effectué, le dimanche 6 février 2022 à Yagma, leur traditionnel pèlerinage sur le sanctuaire marial.

Le nonce apostolique au Burkina Faso, Monseigneur Michael Francis Crotty : « en Europe, sauf lors des voyages du saint père, l’on ne peut voir autant de monde ».

Le Burkina Faso traverse aujourd’hui une crise sans précédent qui met à mal la paix et le vivre- ensemble. Hier dimanche 6 février 2022, sur le sanctuaire marial de Yagma, les fidèles catholiques de l’archi-diocèse de Ouagadougou ont, de ce fait, bravé les intempéries afin d’implorer la Vierge Marie d’intercéder auprès de son fils pour la paix et la cohésion sociale au pays des Hommes intègres. Célébration eucharistique, intercession et louange ont été les temps forts de cette commémoration placée sous le thème : « Ensemble, dans la communion spirituelle et la solidarité pour la Paix du Burkina Faso ». Ainsi dans son homélie tirée de l’évangile selon Saint Luc au chapitre V, le Cardinal Philippe Ouédraogo est revenu sur la mission de chaque baptisé au sein de l’Eglise et de la vie de la Nation. Selon le Cardinal, par le baptême, tout chrétien est inséré dans le corps du Christ et rendu participant de sa vie et de sa mission, chacun selon son identité particulière. « Pour se faire l’appel à la sainteté reste le même pour tous », a-t-il insisté. Une sainteté qui, à écouter le Cardinal Philippe Ouédraogo, passe par l’annonce de la nouvelle et l’amour du prochain. Il a rappelé aux fidèles que la foi et la sainteté ne sont pas de simples paroles pieuses et d’affirmations gratuites. « La foi est une adhésion pleine et entière à Jésus, l’unique sauveur, à son évangile et la foi sans les œuvres est une foi morte », a-t-il déclaré. Pour atteindre cette plénitude de la foi, il a invité les catholiques à un don de soi, de sa personne pour la vie de sa communauté à tous les niveaux.

L’archevêque de Ouagadougou a indiqué que l’Eglise sera présente et active dans la société. « Alors chers fidèles, cultivez avec soin votre vie intérieure, votre relation à Dieu afin que l’esprit saint vous éclaire en toute circonstance. Attachez-vous profondément au Christ pour le connaitre, l’aimer et lui ressembler davantage», les a-t-il exhortés. La politique des fidèles laïcs se résume en une expression qualifiée et exigeante de leur engagement chrétien au service des autres, selon lui. Il leur a expliqué que la recherche du bien commun dans un esprit de sagesse, le développement de la justice avec une attention particulière de pauvreté et de souffrance, le respect de l’autonomie des réalités terrestres, le principe de dualité, la promotion du dialogue et de la paix dans la perspective de la réalité sont les orientations qui doivent guider leurs actions politiques.

Les valeurs morales chrétiennes

« Le laïc doit promouvoir par son attitude et son choix, le refus de l’indiscipline, un ordre social plus juste et conforme à la dignité de la personne humaine. Il doit alors se soustraire des structures du péché et œuvrer pour une considération authentique des valeurs morales chrétiennes », a rappelé le Cardinal. Philippe Ouédraogo s’est par ailleurs réjoui de la ferveur des fidèles qui, depuis la veille, ont pris d’assaut le sanctuaire marial pour implorer la Vierge Marie pour le retour de la paix au pays des Hommes intègres. Le nonce apostolique au Burkina Faso, son Excellence Monseigneur Michael Francis Crotty a abondé dans le même sens. « C’est la deuxième fois que j’assiste au pèlerinage diocésain, je suis vraiment très touché par la foi, la ferveur, la dévotion de tous les pèlerins pour notre Dame de Yagma », a laissé entendre Monseigneur Crotty.

Et puisqu’on a prié pour la paix et la réconciliation au Burkina Faso, notre mère qui est au ciel, a rassuré le nonce, et qui répond toujours à la prière de ses enfants, intercédera pour nous. Pour le recteur du sanctuaire marial, Louis Pascal Zagré, ce que nous venons de vivre est inédit parce que c’est un miracle quotidien. Et, « avoir participé à cette célébration eucharistique orientée sous une thématique qui prend en compte toutes les couches de la population, la paix et la santé pour le pays, je pense que c’est un pari gagné », a-t-il affirmé. Selon lui, l’engouement que ce pèlerinage a suscité auprès des fidèles est le témoignage de leur foi grandissante. « C’est merveilleux de voir que chacun s’est levé avec ce désir intense d’être en communion avec les uns et les autres pour cette intercession chère à notre pays », s’est-il réjoui. Pour l’un des fidèles, Kaboré Benoît, le message est clair. Car le souhait de tout Burkinabè est le retour de la paix. Il a promis faire de son mieux pour le retour de cette paix. Au cours de cette célébration 3 319 messes ont été demandées.

Donald Wendpouiré NIKIEMA

tousunis.do@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.