Nouvelle vision (NOVI) : Le parti se présente à la presse

Le président de NOVI, Abdoudramane Sawadogo (main levée) : « nous appelons tous les Burkinabè à s’unir autour du MPSR ».

Le parti politique Nouvelle vision (NOVI) a animé, le mercredi 9 février 2022 à Ouagadougou une conférence de presse. A l’occasion, le nouveau parti s’est présenté à l’opinion nationale et a livré sa lecture sur la situation nationale et au Mali.

Le cercle des partis politiques au Burkina Faso s’est agrandi avec la naissance de Nouvelle vision (NOVI). La NOVI a été portée sur les fonts baptismaux en décembre 2021. Pour se faire connaître par les Burkinabè, les responsables du parti ont animé une conférence de presse, le mercredi 9 février 2022, dans la capitale Burkinabè. Selon le président de la NOVI, Abdoudramane Sawadogo, les raisons de la création du parti découlent du constat de la dégradation de la classe politique nationale marquée par la recherche d’intérêts personnels au détriment de la masse populaire.

Pour M. Sawadogo, l’idéologie de la NOVI est caractérisée, entre autres, par la création d’une démocratie économique humaine, la défense des valeurs africaines et la favorisation du développement technologique. « Nous ne sommes ni socialistes, ni libéraux », a-t-il clarifié. Sur la situation nationale, la NOVI a décliné sa lecture au cours de ce point de presse. Abdoudramane Sawadogo et ses camarades pensent que le nouveau pouvoir dirigé par le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) est une lueur d’espoir pour le pays des Hommes intègres.

« Nous le pensons sans pour autant être pour les coups d’Etat. Nous encourageons les nouvelles autorités à écouter le bas peuple afin de restaurer un nouveau Burkina », a précisé M. Sawadogo. Pour y arriver, la NOVI invite les nouvelles autorités à éloigner les calculs politiciens dans la mise en place du gouvernement de la Transition, à choisir des hommes et des femmes honnêtes et intègres et à élaborer un nouveau système de gestion vertueuse des ressources de l’Etat.

« Nous souhaitons que tous les avantages financiers qu’avaient les ministres soient suspendus pour les membres de l’exécutif de la transition. Il faut que chaque ministre soit rémunéré en fonction de son ancien revenu si celui-ci ne dépasse pas le revenu des anciens ministres », a proposé le président du parti. Concernant la situation au Mali, la NOVI exhorte la CEDEAO à lever les sanctions qui pèsent sur ce pays voisin déjà éprouvé par la crise sécuritaire. Répondant à une question des journalistes, le président de la NOVI a expliqué que le logo de son parti est constitué d’une main et du soleil.

« Les cinq doigts de la main représentent le Burkina dans toute sa diversité. La main veut porter la Nation dans une lueur d’espoir. D’où la présence du soleil levant », a-t-il détaillé. Le président du parti a par ailleurs présenté son ouvrage intitulé « Et si on se révélait » aux hommes de médias. Pour lui, l’œuvre contient les grandes lignes pour la transformation du Burkina en une Nation prospère. « Nous allons remettre ce document au président du Faso pour qu’il s’en inspire pour replacer notre pays sur la route du développement », a assuré M. Sawadogo.

Abdoulaye BALBONE

Alice SAWADOGO (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.