Vente des céréales dans la Boucle du Mouhoun : Hausse vertigineuse des prix dans le grenier du Burkina

Le sac de maïs de 100 kg se vend entre 22 000 et 24 000 F CFA, en fonction des localités.

Le prix des céréales dans la Boucle du Mouhoun ne cesse de grimper, seulement quelques mois après les récoltes. Toute chose qui inquiète les vendeurs et les consommateurs sur le marché. Constat dans la première semaine du mois de février 2022.

Un peu plus de trois mois après les récoltes, le prix des céréales ne cesse d’augmenter. Dans la région de la Boucle du Mouhoun, communément appelée grenier du Burkina, le prix des denrées ont déjà connu une hausse d’environ 25%. Selon la cellule d’information régionale sur le marché agricole de la Chambre régionale d’agriculture (CRA) qui dispose d’enquêteurs dans toutes les provinces de la région, le sac de 100 kg de maïs qui se vendait à 18 000 F CFA en novembre 2021 à Dédougou, se monnaie actuellement à 23 000 F CFA, soit une augmentation de l’ordre de 5 000 F CFA.

A Djibasso, dans la province de la Kossi (commune frontalière avec le Mali) en zone d’insécurité, le prix de cette céréale monte jusqu’à 24 000 F CFA. Le sac de 100 kg de petit mil se vend actuellement à Dédougou autour de 25 000 F CFA. En tête du peloton des céréales cultivées dans la région, figure le niébé (haricot). En fin janvier, le sac de 100 kg se vendait déjà à 48 000 F CFA dans le marché de Dédougou, contre 47 500 F CFA à Tougan et 37 500 FCFA à Solenzo.

Cette hausse des prix inquiète le responsable de la cellule d’information régionale sur le marché agricole de la CRA, Souleymane Ouédraogo. A cette allure, craint-il, la population ne pourra pas s’acheter des vivres au mois d’août prochain, si rien n’est fait. Même son de cloche pour Amadou Sama, revendeur au marché de Dédougou, pour qui la situation deviendra pire, les jours à venir.

« Le prix augmente de jour en jour. En plus d’être cher, le produit se fait rare sur le marché », déplore-t-il. Le président régional des commerçants de maïs de la Boucle du Mouhoun, Michel Zerbo, explique ce manque par le fait qu’en plus de la mauvaise récolte, certains producteurs ont réservé leurs produits en attendant encore une hausse des prix sur le marché. « Les intrants pour la production ont coûté cher la saison dernière. Aussi, la plupart des cultivateurs de céréales font autre chose.

Ils cultivent le coton, le sésame et surtout la pastèque après les récoltes. Actuellement, ils ne sont pas dans l’urgence. Ils peuvent stocker leurs céréales jusqu’en juin ou juillet avant de les vendre », précise-t-il.

Malgré le plafonnage des prix

Selon le président régional des commerçants de maïs, Michel Zerbo, la Boucle du Mouhoun est en voie de perdre sa place de grenier du Burkina.

Face à la hausse des prix des produits de grande consommation, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat avait mis à contribution en août 2021, les gouverneurs des régions pour plafonner les prix des produits céréaliers locaux, notamment le maïs, le petit mil et le sorgho.

Ainsi, après concertation avec les acteurs de son ressort, une note du gouverneur de la région fixait le prix de 100 kg de maïs à 17 000 F CFA, le petit mil à 17 500 F CFA et le sorgho à 16 000 F CFA dans les chefs-lieux de province. Malheureusement, cette mesure n’a jamais été respectée dans les différents marchés. « Personne ne pouvait respecter cette mesure. Qu’est-ce que le gouvernement a fait pour les producteurs pour leur demander de vendre à ce prix ?

Ils ont payé les intrants cher, ils ont produit cher, ils ne peuvent pas vendre à perte. Qui va supporter ce manque à gagner ? », fulmine Michel Zerbo, président régional des commerçants de maïs. Pour lui, la Boucle du Mouhoun est en train de perdre sa place de grenier du Burkina, parce qu’en plus de la mauvaise pluviométrie, l’insécurité a joué négativement sur la production de la région. « Même si les intrants coûtent cher, s’il y avait la sécurité, les gens allaient mieux produire.

Les localités de Nouna, Sanaba (Banwa) et du Sourou sont des zones de grandes productions », énumère-t-il. Mais l’année écoulée, regrette-t-il, les producteurs n’ont pas pu produire à cause de la menace terroriste. Bon nombre d’entre eux, note-t-il, ont même fui leurs champs pour se réfugier dans les grandes villes. Pour que la Boucle du Mouhoun conserve sa place de grenier du Burkina, précise-t-il, plusieurs actions doivent être menées. Mais la plus urgente pour le gouvernement, selon Michel Zerbo, est d’œuvrer à la sécurisation du territoire avant la saison qui s’annonce.

Toute chose qui permettra aux producteurs de rejoindre les champs pour un meilleur rendement agricole. A cela, il ajoute la mise à leur disposition des intrants à temps et sa subvention pour contribuer à relever le défi d’une grande production. « L’année dernière, les intrants sont arrivés très tard dans les magasins de stockage. L’engrais, on n’en trouvait même pas sur le marché. Ce qui a laissé libre cours à des engrais de mauvaise qualité », souligne-t-il.

Adama SEDGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.