Insécurité au Burkina Faso : Cheick Abdoul Aziz Soré prêche la paix à Nouna

Le guide spirituel de la confrérie Tidjanya, Cheick Abdoul Aziz Aguib Soré, a célébré son traditionnel « Zyara » connu comme la journée d’hommage aux morts, le samedi 12 février 2022, au cimetière municipal de Nouna. Il a prié pour la sécurité et la paix au Burkina Faso.

Les fidèles musulmans ont été invités à être des modèles dans la société.

Le guide spirituel de la confrérie Tidjanya, Cheick Abdoul Aziz Aguib Soré, a prêché la paix, la tolérance, le pardon et le vivre-ensemble, le samedi 12 février 2022, à Nouna dans la province de la Kossi, région de la Boucle du Mouhoun. Ce prêche s’inscrit dans le cadre de la célébration du traditionnel « Zyara » qui signifie « avoir une pensée pour les morts ». Une pratique qui, selon le Cheick, a été recommandée par le Prophète Mohamed (SAW). Pour le guide spirituel Soré, le cimetière est plein d’enseignements. C’est le lieu selon lui, de se repentir, d’apprendre à être humble et d’accepter les autres. Selon Abdoul Aziz Aguib Soré, le séjour dans un cimetière revêt plusieurs significations. Il permet, a-t-il expliqué, à l’Homme, de prendre connaissance de sa fin dernière. « Riche ou pauvre, gouvernant ou gouverné, la dernière demeure de tout être vivant est le cimetière. Ici, tout le monde est couché dans le même sens, et tous sont égaux », a-t-il dit. Il a ajouté que le cimetière fait réfléchir et amène l’Homme à vivre utile, dès lors que celui-ci a pris conscience que son existence est éphémère ici-bas.

Le Cheick Soré a expliqué, dans son enseignement, que le cimetière est un excellent endroit de recueillement, de prières et d’invocation des bonnes grâces d’Allah. C’est pourquoi chaque année, le guide effectue le présent pèlerinage autour de la tombe de son défunt géniteur, El hadj Aguib Soré. « Les morts sont des chemins tout tracés pour nous rapprocher d’Allah », a-t-il indiqué. Parlant de l’insécurité qui cristallise toutes les attentions dans cette partie du Burkina Faso, le prédicateur a indiqué qu’au-delà de tous les défis sécuritaires, le pays des Hommes intègres doit vivre et exister. Il a invité les jeunes qui s’adonnent à des recrutements dans les rangs des terroristes et autres groupes de bandits à se ressaisir et à rester dignes.

Les valeurs cardinales

Pour lui, sa ‘’ grande ‘’ mobilisation pour rendre hommage aux morts dans une ville en proie à l’insécurité est également une occasion de démontrer que la vie suit son cours dans la Kossi et particulièrement à Nouna.

« Certes, les incursions terroristes ont entretenu la psychose au sein des populations mais, contrairement à l’image populaire que beaucoup de personnes ont de cette ville de Nouna, il était bon de démontrer que le minimum de sécurité est garantie par les forces de défense et de sécurité en charge de la protection des personnes et des biens dans la province de la Kossi », a affirmé le Cheick Soré. Devant des milliers de pèlerins venus du Mali et du Burkina pour communier avec le guide, Aziz Aguib Soré a prêché que l’Islam est une noble religion qui prône les valeurs cardinales comme la paix, la cohésion, l’altruisme, etc. Ce faisant, le religieux a réitéré que le nom de l’Islam ne saurait être assimilé à la tuerie, au terrorisme ou au banditisme. Ces actes sont proscrits et condamnés par la religion musulmane, a-t-il dit. « La religion étant le siège de la parole et des enseignements de Dieu, on ne peut en aucune façon tuer au nom d’une religion », a déclaré le prêcheur du jour. Le Cheick a demandé, pour ce faire, aux fidèles musulmans d’être des modèles, de se départir du faux et de l’injustice afin de vivre dans le strict respect des enseignements coraniques.

Wanlé Gérard COULIBALY

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.