Education civique et citoyenne : des élèves de Orodara à l’école du suivi des politiques publiques

Des élèves en séance de travail lors de la phase d'implémentation du module de l'éducation civique et citoyenne.

Le Réseau Afrique Jeunesse (RAJ), en consortium avec l’ONG ProgettoMondo, a organisé, le samedi 5 mars 2022 au Collège d’enseignement général (CEG) du secteur n° 5 de Orodara, une séance d’implémentation d’un module d’éducation civique et citoyenne, dans le cadre du projet « Jeunes Citoyens Engagés (JCE).

Dans le cadre du projet « Jeunes Citoyens Engagés » (JCE), le Réseau Jeunesse Afrique (RAJ), en consortium avec l’ONG ProgettoMondo, met en œuvre la deuxième phase de l’implémentation d’un module d’éducation civique et citoyenne, dans les provinces de la Comoé et du Kénédougou avec l’appui financier de l’Union européenne. Le samedi 5 mars 2022, ce sont les élèves de la classe de 6e du Collège d’enseignement général (CEG) du secteur 5 de Orodara qui ont participé à une séance d’implémentation. Cela, en vue de susciter en eux, une participation responsable et éclairée à la gouvernance démocratique et le suivi des politiques publiques. Ainsi, dans une présentation, Bagnone Soukoro Théodore Somé, professeur de Français-Anglais en service dans ledit établissement, a montré comment il met en œuvre ce module dans sa classe.

Le formateur Théodore Somé a souhaité que le projet soit élargi à d’autres établissements de la province.

Pour lui, l’avènement du Projet est à saluer à sa juste valeur, car il a permis d’apporter un changement de comportement au niveau des élèves de son établissement, avec des résultats perceptibles sur le terrain. En effet, a-t-il confié, grâce à ce projet, un des bénéficiaires de l’année passée qui était en 5e a pu battre campagne cette année et a pu se faire élire comme délégué général des élèves. Pour l’heure, toutes les classes du CEG ne sont pas concernées par le projet mais pour un impact plus palpable sur le terrain, M. Somé a souhaité que le projet soit élargi à d’autres établissements scolaires.

Un avis partagé par Fatimata Somé, professeure d’Histoire-Géo-Français. Pour cause, Mme Somé a salué l’initiative qui, a-t-elle dit, va permettre d’éveiller la conscience des scolaires pour qu’ils deviennent des jeunes responsables. Au nom des bénéficiaires, elle a réitéré ses remerciements aux responsables du projet pour le choix porté sur son établissement pour la réalisation de cette activité qui a connu une forte mobilisation des élèves.

Fatimata Somé, professeur d’Histoire-Géo-Français a salué cette initiative qui permet d’éveiller les consciences des élèves

Selon Laurent Tougma, animateur du projet « Jeunes Citoyens Engagés » au compte du RAJ, ce module vise à inculquer des valeurs citoyennes aux jeunes scolaires dont l’âge va de 12 à 25 ans. « Cette séance fait suite à une première phase d’implémentation dont l’évaluation du module a été positive. C’est au regard de cela que nous avons jugé nécessaire d’organiser cette deuxième phase de l’implémentation du module d’éducation civique et citoyenne », a-t-il soutenu. Il a signifié qu’au terme du projet, il est attendu une participation politique éclairée et citoyenne accrue des jeunes dans les processus électoraux. En outre, il a laissé entendre qu’un plaidoyer pourrait être fait auprès des plus hautes autorités du pays pour prendre en compte ce module dans le cursus scolaire.

Laurent Tougma du RAJ s’est réjoui de la forte mobilisation des élèves à cette activité.

Dans la province du Kénédougou, le Projet « Jeunes Citoyens Engagés » est exécuté dans 14 établissements scolaires secondaires publics des communes de Orodara, Koloko et Samogohiri.

Apollinaire KAM

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.