Assemblée générale extraordinaire de la FBF : Vraiment la fin du pataquès ?

Cette poignée de main traduit une connivence entre Lazare Banssé (à droite) et Amado Traoré, selon le clan des frondeurs.

L’idée de l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire pour renouveler le comité exécutif de la Fédération burkinabè de football (FBF) et relire certains points des textes fondamentaux proposée par le PCA de Majestic SC, Amado Traoré, a été accueillie favorablement par l’ensemble des acteurs. Mais c’est juste pour déporter le front de combat vers la réunion convoquée pour délibérer de l’avenir de la Fédération.

Tous sont unanimes à l’accepter : Allons à l’assemblée générale extraordinaire ! Le clan Banssé a dit toute sa volonté d’y aller. Amado Traoré qui a émis l’idée sera aussi accompagné par sa base. L’incertitude résidait dans le camp Sangaré qui charrie la bande des frondeurs. Mais contre toute attente, ces personnes qui adorent braver l’autorité de Lazare Banssé se disent également prêts à aller à l’assemblée générale extraordinaire. Une confession qui nous a été faite par Raymond Dagba dit “Papy” en off.

Sachant qu’ils sont les principaux visés par le renouvellement du comité exécutif, ils sont néanmoins prompts à se rendre à ce rendez-vous. Une information qui va sans doute ravir l’actuel big boss du football national qui trouve dans cette assemblée générale extraordinaire une opportunité pour mieux asseoir son pouvoir s’il parvenait à écarter les frondeurs qui constituent un véritable caillou dans sa chaussure.

Mais accepteront-ils de se laisser balayer aussi facilement ? Pas si sûr quand on sait que ces frondeurs ont la peau dure et la rancœur tenace. En témoignent les multiples fois que Banssé a essayé de se débarrasser d’eux et ils sont toujours revenus plus forts. Dans les confessions faites en off par Raymond Dagba dit “Papy”, il ressort vraiment qu’ils sont prêts à aller à l’assemblée générale extraordinaire mais pas à n’importe quelle condition.

C’est le comité exécutif qui déterminera les points à débattre à l’assemblée générale et ils n’hésiteront pas à inscrire à l’ordre du jour, le renouvellement de tout le bureau exécutif y compris le poste de président de la FBF. Banssé ne doit pas croire qu’il va hériter d’un totem d’immunité. Bien campé et droit dans ses bottes, Raymond Dagba n’éprouve aucune peur dans ses dires car dans le comité exécutif, ils équilibrent le rapport de force avec le clan Banssé (10 contre 10). Et comme il le soutient, l’actuel président de la FBF doit même avoir peur car il n’est pas sûr de ses 10 voix dans le comité exécutif. Vrai ou véritable coup de bluff ? Question.

L’argent va couler à flots

Le clan des 10 frondeurs n’est pas prêt à faire des faveurs au locataire de la maison ocre de Kosyam, siège de la Fédération burkinabè de football. Ils ne transigent pas quand il s’agit de mettre des bâtons dans les roues du grand manitou du football national et adorent émettre des critiques véhémentes, acerbes et stridentes à l’encontre de ce dernier. Amado Traoré n’est pas aussi épargné des blâmes, lui qui a accepté la rencontre avec Banssé sans les frondeurs.

Mais le président du conseil d’administration de Majestic SC dit n’être seulement qu’un catalyseur pour permettre le dialogue entre le camp des vainqueurs des dernières élections afin de remettre le football burkinabè sur les rails. Une chose est certaine, les joutes oratoires vont se déporter à l’assemblée générale extraordinaire. Banssé va devoir séduire et convaincre l’auditoire de destituer les frondeurs afin d’avoir les coudées franches pour mener à bien sa politique et sa vision qu’il a pour le football burkinabè si d’aventure il bénéficie des suffrages des électeurs.

De l’autre côté, les frondeurs qui constituent un contre-pouvoir à la puissance de Banssé voudront poursuivre l’œuvre entamée par leur mentor, Sita Sangaré qui jouit encore du soutien de plein d’adeptes dans le milieu du sport roi national. Ces deux camps devront se montrer vraiment convaincants s’ils veulent s’arroger chacun les pleins pouvoirs à la gouvernance de la FBF.

Nul doute qu’une autre campagne élective s’ouvre à nouveau dans le monde du football burkinabè moins de deux ans après l’intronisation de Lazare Banssé. En attendant le jour indiqué pour l’assemblée générale extraordinaire, les personnes ayant voix délibératives vont encore se frotter les mains car l’argent risque de couler à flots pour se payer un vote. Et le football national ne sortira pas encore de l’auberge si cette « nuit des longs couteaux » précédent ce scrutin ne sera pas conjuguée au passé.

Jouer surtout balle à terre

Les acteurs du football national devront jouer balle à terre car cette assemblée générale extraordinaire offrira l’opportunité de redessiner la nomenclature du futur bureau exécutif. Si les choses ne se passent pas bien au cours de ces assises, la CAF et la FIFA pourront être interpellées. Si ces instances se mêlent dans la gestion du football national, le Burkina ira droit vers un comité de normalisation.

Tout le monde connait les conséquences d’une telle tutelle dans le football. Pas besoin d’aller loin pour prendre des exemples, il suffit de jeter un coup d’œil au Mali ou en Côte d’ivoire voire au Cameroun pour s’en convaincre. Heureusement que ces trois pays disposent d’un football compétitif qui permet à leurs clubs et à leur équipe nationale d’être encore visibles sur le continent. Si cette foudre devrait s’abattre sur le football burkinabè, on ne sait combien de pas seraient fait en arrière avant de pouvoir redécoller. Raison pour laquelle, tout le monde demande aux acteurs de transcender leurs égos pour le bien du football national.

Béranger ILBOUDO


Quand convoquer une AG extraordinaire ?

Après avoir rencontré Traoré, Banssé peut de son plein gré convoquer une assemblée générale extraordinaire selon les textes de la FBF mais pourra-t-il le faire unilatéralement sans l’aval du comité exécutif ? Non, glisse Raymond Dagba car le président lui-même est membre du comité exécutif, soulignera-t-il.

Lorsque l’assemblée générale extraordinaire est convoquée à l’initiative du comité exécutif, celui-ci en détermine l’ordre du jour. Lorsqu’elle est convoquée à la requête des membres, l’ordre du jour doit contenir les points soulevés par ces derniers.

Aucune modification ne peut être apportée à l’ordre du jour d’une assemblée générale extraordinaire. Un autre point des textes de la FBF dit que le comité exécutif doit convoquer une assemblée générale extraordinaire lorsque les deux tiers (2/3) des membres ayant voix délibérative à l’assemblée générale de la FBF en font la demande écrite et signée par les personnes dûment habilitées.

Les affaires à traiter doivent être stipulées dans ladite demande. L’assemblée générale doit avoir lieu dans un délai de trois mois à compter de la réception de la demande jugée valide. Lorsque la demande de convocation d’une assemblée générale formulée comme ci-dessus est rejetée, après épuisement des voies de recours internes, les demandeurs peuvent saisir la CAF.

B.I.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.