Lutte contre le terrorisme: Bientôt des stagiaires burkinabè à l’Institut Mohammed VI de Formation des Imams

Le ministre Karamoko Jean Marie Traoré avec le directeur de l'Institut Mohamed VI de formation des imams

En marge de la  21e session de  la Communauté des Etats Sahélo Saharienne (CEN-SAD), le ministre délégué chargé de la Coopération Karamoko Jean Marie Traoré  a  mis à profit son séjour marocain pour renforcer des liens de coopération entre le Burkina Faso et le Royaume chérifien.

Présent à Rabat  pour la 21e session  de  la Communauté des Etats Sahélo Saharienne (CEN-SAD), qui se tient du 28 au 30 mars 2022,  le ministre délégué chargé de la coopération,  Karamoko Jean Marie Traoré, a eu  des échanges importants avec le directeur de l’Agence marocaine de la coopération internationale (AMCI), Mohamed Methqal,  et  avec celui de l’Institut Mohammed VI de Formation des Imams, Abdeslam Lazaar.

Dans le contexte actuel, le Burkina Faso a besoin de lutter contre l’extrémisme violent et les mauvaises interprétations de l’islam.  Et l’Institut de formation des imams présente un intérêt particulier pour la lutte contre le terrorisme.

« La multiplicité des discours religieux est à l’origine de l’exacerbation de certaines pratiques. Des groupes ont travesti l’islam et  commettent des exactions.  Le gouvernement actuel  est dans une dynamique d’amener les gens à construire un discours sur le principe de l’unicité des valeurs de l’islam », a-t-il expliqué. C’est ainsi que l’Institut pourrait aider le Burkina  Faso à former ses leaders religieux afin de déconstruire les discours de haine et sans fondement islamiques. L’Institut Mohamad VI de formation des imams a ouvert ses portes en mars 2015. Il reçoit des stagiaires venant  d’Afrique notamment des pays de G5 Sahel, de l’Amérique et d’Europe. L’Institut compte 2000 étudiants et parmi les pays membres du G5 Sahel, le Burkina est le seul pays absent. « Cet institut  constitue  une opportunité  pour envoyer des stagiaires burkinabè   afin de parfaire leur formation en vue de mieux améliorer leur contribution dans la lutte contre le terrorisme », a déclaré le ministre délégué chargé de la coopération, Karamoko Jean Marie Traoré.

L’exemple du Maroc impressionne. Les imams sont bien organisés et n’importe qui ne peut s’ériger en imam ou prêcheurs. Toute chose qui évite des  dérives fanatiques.  Les mosquées à construire sont soumises à une autorisation du ministère des Habous et des Affaires islamiques (MHAI).

Aucun permis n’est délivré si la mosquée à bâtir ne correspond pas à des normes architecturales précises et aucun lieu de culte improvisé ou sous-terrain n’est toléré.

Les mosquées doivent offrir « un environnement empreint de quiétude, de sérénité, de tolérance et de fraternité », dit  le guide de l’Institut Mohammed VI de formation des imams, 2019, p.20).

Le programme de formation de cet institut  comprend, outre la théologie, les sciences humaines, les langues, l’histoire des religions (judaïsme, christianisme, islam) ainsi que la réfutation des allégations de terrorisme.

La delegation burkinabé à l’AMCI

A la direction  de l’AMCI, des échanges entre la partie burkinabè et le directeur de l’AMC, Mohamed Methqal, ont été fructueux. Le royaume du Maroc est disposé à augmenter le quota de bourses offertes au Burkina Faso. « Nous sommes partis d’une trentaine de bourse dans les années 2005 à 180 actuellement. Nous avons demandé une augmentation de ce quota et l’Agence a accepté  accompagné le Burkina Faso avec un contingent de 250 bourses. Nos étudiants en ont besoin »,  a annoncé  M Traoré.

Avec le directeur  de l’Agence marocaine de coopération international,  les discussions ont porté aussi sur la commission mixte de coopération entre les deux pays. La dernière a eu lieu  il y a six ans au Burkina Faso.

« Nous avons estimé qu’il était bon de relancer cette commission pour aller au-delà des bourses et examiner tous les autres secteurs de coopération. Dans les prochains mois, nous allons travailler sur ces questions »,  a conclu le ministre.

Boureima SANGA

Rabat/Maroc

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.