Lutte contre la fraude : Un arsenal d’explosifs saisi

Un important lot de produits explosifs (dynamites) et de substances chimiques a été saisi.

La Coordination nationale de lutte contre la fraude (CNLF) a présenté à la presse une saisie de matières explosives, d’amphétamines, de produits pharmaceutiques, d’équipements et de consommables médicaux de contrebande, le jeudi 31 mars 2022 à Ouagadougou.

La traque des contrebandiers se poursuit au niveau de la Coordination nationale de lutte contre la fraude (CNLF). Le jeudi 31 mars 2022, la structure a présenté aux hommes de médias, un important lot de produits dangereux. Face à la presse, le coordonnateur de la CNLF, Songuida Valentin Marius Rayaissé, a indiqué que c’est suite à une dénonciation que ses services, épaulés par le génie militaire, ont procédé à la saisie de matières explosives, d’amphétamines, de produits pharmaceutiques, d’équipements et de consommables médicaux de contrebande.

Selon les acteurs, il s’agit de façon résumée de 1 885 détonateurs électriques et pyrotechniques, 4 353 dynamites, 66 rouleaux de détonants, 15 sacs de 80 kilogrammes contenant chacun du nitrate d’ammonium, 25 sacs de charbon actif, 698 cartons d’amphétamines et autres produits pharmaceutiques et biomédicaux, etc. De l’explication du coordonnateur Rayaissé, les produits ont été retirés sur deux sites, tous situés dans la zone commerciale de Sankaryaré.

« Dans un des magasins situés au milieu des habitations, nous avons constaté la présence de matières explosives entreposées pêle-mêle sans aucun dispositif de sécurité. Nous avons fait appel au génie militaire qui a assuré la sécurisation et l’enlèvement desdits produits », a-t-il fait savoir. Le coordonnateur du CNLF a déclaré qu’à ce jour, une enquête est ouverte pour situer les responsabilités.

A l’entendre, une personne en lien avec ce trafic de produits a été interpellée et déférée au parquet du Tribunal de grande instance de Ouagadougou. C’était l’occasion pour le commandant du génie militaire d’inviter les populations à la collaboration et à la dénonciation de tout cas suspect de fraude.

Car, selon lui, les dépôts illégaux et clandestins de produits explosifs comme ceux saisis constituent une menace réelle pour la vie des citoyens. De son analyse, la charge explosive saisie à Sankaryaré est capable de produire un souffle dont l’onde de choc peut faire des ravages dans un rayon d’un kilomètre à la ronde. Un réel danger qui amène la CNLF à exhorter les populations à bien vouloir dénoncer toute action de fraude au 70 12 27 55 ou au 67 76 76 35.

Wanlé Gérard COULIBALY

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.