Coopération franco-burkinabè : Les deux pays évaluent leur partenariat

Les Burkinabè et Français ont fait le tour des relations qui lient leurs deux pays.

L’ambassade de France au Burkina a organisé, le 31 mars 2022 à Bobo-Dioulasso, la IIe édition de la « Matinée du partenariat renouvelé France-Burkina Faso ». Les deux parties ont fait un tour d’horizon des relations entre le pays des Hommes intègres et la République française.

Le Burkina et la France entretiennent des relations dans de nombreux domaines comme la culture, l’éducation, l’eau et l’assainissement. Les deux pays ont passé en revue les différents domaines de coopération au cours de la IIe édition de la « Matinée du partenariat renouvelé France-Burkina Faso » tenue le 31 mars 2022 à l’Institut français (IF) de Bobo-Dioulasso. La matinée, tribune interactive d’expression sur l’action de la France au Burkina Faso, a d’ailleurs débuté par la présentation de l’IF, ses activités et son apport à l’essor culturel dans la ville de Sya.

Dans le domaine de l’éducation, les différents communicateurs ont soutenu que la France intervient dans le financement des cantines scolaires, l’acquisition des manuels scolaires, la formation des enseignants. Elle intervient également dans l’enseignement supérieur et la recherche à travers, entre autres, l’octroi de bourses de formation et de recherche et ce sont près de 150 bourses qui sont octroyées par an aux Burkinabè. De l’avis des différents animateurs, la France conduit un projet dans l’optique de permettre aux élèves déplacés de réintégrer le circuit scolaire et ce sont près de 5 milliards F CFA que la France injecte dans le secteur de l’éducation par an.

L’Hexagone, à travers l’Agence française de développement (AFD), appuie également le Burkina Faso dans l’amélioration de l’accès des populations à l’eau potable comme le projet Ziga à Ouagadougou ou le Projet d’action prioritaire en eau potable (PAPEP) en cours d’exécution à Bobo-Dioulasso. Un projet qui, de l’avis du directeur central des opérations à l’ONEA, Payibem Ilboudo, va mettre fin aux difficultés d’approvisionnement en eau à Sya, ville jumelée à Chalons-en-champagne en France.

Le bilan de cette coopération décentralisée entre les deux villes burkinabè et française, vieille d’un demi-siècle, a été présenté au cours des échanges. La coopération entre les deux pays va se poursuivre, à entendre le haut-commissaire du Houet, Lamine Soulama, qui a salué la contribution de la France au développement du Burkina Faso.

Le haut-commissaire, qui assure par ailleurs l’expédition des affaires courante à la commune de Bobo-Dioulasso, a rassuré que le projet de réalisation des infrastructures marchandes et routières piloté par l’AFD et ses partenaires, d’un coût de 12 milliards F CFA, va se poursuivre. L’ambassadeur de France au Burkina a également rassuré que l’appui de son pays dans les différents segments prioritaires du développement du Burkina Faso va se poursuivre pour que « le Burkina ne s’effondre pas, mais continue à être debout et résister à l’adversité ».

Adaman DRABO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.