Vie politique : Le Parti panafricain pour le salut (PPS) porté sur les fonts baptismaux

L’hymne de la victoire entonné en chœur par les dirigeants du Parti panafricain pour le salut

Les récents démissionnaires des partis politiques comme le Mouvement du peuple et du progrès (MPP), du MODEM et du Mouvement pour le Burkina du futur (MBF) ont créé le Parti panafricain pour le salut (PPS). La structure politique a été officiellement présentée au public, le samedi 2 avril 2022, à Ouagadougou.

Le paysage politique burkinabè s’est agrandi avec la naissance du Parti panafricain pour le salut (PPS). Les fondateurs de cette organisation politique l’ont présenté à l’opinion publique nationale et internationale, le samedi 2 avril 2022 à Ouagadougou. Ce nouveau parti dont le président est l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale, Abdoulaye Mossé, veut redéfinir le jeu politique national.

Les textes fondamentaux, le nom, le logo et les attributs dudit parti ont été dévoilés à l’ouverture de l’assemblée générale qui a consacré le lancement officiel du PPS. Le parti est d’obédience sociale-démocrate. Le PPS a pour slogan : « Pour la Patrie et le peuple, je m’engage ! ». Le bureau exécutif est fort de 80 membres, tous engagés à « changer le jeu politique au Burkina Faso ». La composition du bureau a été dévoilée sous acclamation du parterre de militants et sympathisants venus des quatre coins du pays pour marquer leur soutien au parti.

Selon le président Abdoulaye Mossé, les membres fondateurs du PPS sont issus de plus d’une dizaine de partis et formations politiques. Il a précisé que le PPS est né dans le souci d’accorder aux Africains une indépendance véritable. Pour lui, il est temps d’inventer une autre manière de faire la politique au Burkina Faso.

« Nous allons prendre nos responsabilités »

Il a dit être convaincu que le salut du peuple réside dans le sacrifice, l’organisation, le travail et la discipline.

C’est en cela qu’il a salué la présence, à l’assemblée générale, des insurgés de 2014 des leaders de partis politiques amis, rivaux et des partisans de l’ex- majorité, afin de rassurer les populations que la lutte se fera main dans la main pour un élan nouveau et sans rancune aucune. Mieux, il a lancé un appel à l’apaisement des cœurs afin de bâtir un Burkina prospère.

Pour y parvenir, M. Mossé a indiqué que le changement commence par l’application d’une politique telle que définie par l’écrivain péruvien Mario Vargas, qui affirmait que la politique est un passage obligé pour une meilleure société. En plus, le président du PPS a fait savoir que la politique est faite de contradictions, elle est « l’art de rendre possible ce qui est nécessaire » (Jacques Chirac), et qu’il était grand temps de réaliser de profonds ajustements.

« Nous allons prendre nos responsabilités, nous allons indiquer le chemin à suivre. Car comme le disait Victor Hugo c’est faire mauvais éloge à un homme politique, que de lui dire que son opinion n’a pas changé depuis longtemps », a-t-il martelé. M. Mossé a aussi déclaré que lui et ses camarades font l’objet d’un procès en loyauté et reconnaissance vis-à-vis de l’ex-Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Mais, a-t-il affirmé, le moment viendra ou l’ex-chef de l’Etat connaitra ses véritables amis. Afin de partager des valeurs de paix et de solidarité, le président du PPS a lancé un appel de prise de conscience aux démocrates, aux patriotes et progressistes, aux panafricains des villes et campagnes, de la diaspora afin de bénéficier d’une indépendance véritable et un développement prospère.

Wanlé Gérard COULIBALY

Stéphanie PALE (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.