Couture: Sébastien Bazemo forme son personnel

Dans le souci de conquérir le marché international, la maison Sébastien Bazemo a organisé  du 10 mars au 05 avril 2022, une formation en méthode scientifique de la couture, finition et repassage de vêtements à travers le projet : « Le fabuleux destin du Koko Dunda : créer, innover, conquérir ».

Dans le cadre du  projet « Le fabuleux destin du koko  Dunda : créer, innover, conquérir », le personnel (couturiers et stagiaires) de la maison du styliste, Sébastien Bazemo ont été formée en méthode scientifique, finition de vêtement et repassage. Une conférence de presse, lors de la clôture du projet, le mardi 5 avril 2022 au showroom du styliste, a permis de faire le point de la formation

Selon la formatrice et modéliste résidant à Paris, Rose Bombo, le premier module a consisté à montrer l’approche scientifique de la couture. « Dès qu’on a un tissu, on ne prend pas  une paire  de ciseaux pour se mettre à découper. On doit prendre des mesures pour vérifier dans le classeur à quoi correspond ces mesures », a-t-elle expliqué. L’usage  du classeur, a-t-elle ajouté, permet de choisir des mesures qui sont indiquées par le patronage (dessin) et surtout d’éviter des problèmes avec la clientèle.

Le  deuxième module visait à outiller les couturiers à mieux finir un vêtement. La finition ne se rapporte pas seulement à l’extérieur mais aussi à l’intérieur lorsqu’on renverse ledit vêtement, a-t-elle dit. « Ils avaient l’habitude de couper à main levée. Je leur ai montré le respect de la marge de couture et que le non-respect peut changer la taille », a laissé entendre la formatrice. Le dernier module  a porté sur  la maîtrise du repassage d’une robe. « On ne repasse une robe d’une femme comme on le fait avec un drap et sur une table plate. La robe contient  des pinces qui peuvent être écrasés », a-t-elle  affirmé.

Quant à Sébastien Bazemo, il a salué cette formation qui va permettre de travailler par  les  patrons. «  On n’aura plus cette difficulté des tailles. Car avec la clientèle nous sommes confrontés à un problème de taille », a-t-il souligné. Cette formation a été financée à hauteur de  20 millions F CFA  par le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) et l’Union européenne. Représentant son directeur général, la chargée de communication du FDCT, Alizeta Zongo,  s’est réjouie du bon déroulement  des activités de la formation du créateur Sébastien Bazemo.

 

Alassane KERE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.