Salam du Ramadan : le courage de David (Daoud)

Louanges à Allah, qui a promis la victoire aux croyants sur les incrédules. Paix et bénédictions sur le Prophète Mouhammad, sur sa sainte famille, ses fidèles et vertueux compagnons ainsi que sur tous ceux qui le suivent jusqu’au jour des comptes.

Aujourd’hui, il est question du courage de David. Le fil qui conduit à l’avènement de David est bien long qu’il est difficile de revenir dessus dans le cadre d’une chronique, d’autant plus que c’est seulement un aspect qui nous intéresse. Les enfants d’Israël qui avaient été installés et acceptés en Egypte par les soins du Prophète Joseph ont, par la suite, été transformés en esclaves parce qu’ils s’étaient laissés aller aux péchés et s’étaient éloignés de Dieu. C’est dans ce contexte que Dieu envoya Moïse et son frère Aaron pour les libérer du joug de Pharaon et les conduire à la terre promise. Après avoir errer dans le désert du Sinaï pendant quarante (40 ans), Moïse mourut aux portes de la Terre promise. Après la conquête de plusieurs terres, les enfants d’Israël finirent par fonder le Royaume d’Israël avec, à leur tête, Josué fils de Noun. Par la suite, les enfants d’Israël se sont, à nouveau, laissés aller à la rébellion, aux actes de corruption, au culte des idoles. Leur situation se dégradait et Allah les soumit aux épreuves de la persécution et la servilité par les mains de leurs ennemis et par leurs propres gouverneurs tyrans. Ils subirent la domination des Philistins, dont Goliath est issu. Une bonne partie de leurs terres fut occupée, leurs femmes et enfants mis en captivité. En réalité, ils perdirent leur dignité. On a l’impression de lire l’actualité de nos peuples à travers cette partie de l’histoire des enfants d’Israël. Quelle différence quand on sait que nous sommes chassés de chez nous, que nos dignités bafouées, nos femmes et enfants obligés d’agir à l’encontre de leurs volontés et libertés, que nos récoltes sont brulés, nos animaux récupérés de force, … Quelle humiliation sous nos toits !!! C’est dans ce contexte qu’ils demandèrent à Samuel de placer à leur tête un roi pour qu’il les conduise à leur vengeance. Connaissant bien son peuple, prompt à la désobéissance de la Loi divine, trop avare et attaché à la vie terrestre à tel point qu’il se complaisait à la situation d’humiliation, Samuel les met face à la responsabilité. A ce niveau, aussi, on se demanderait, au regard de l’ambiance dans certaines villes comme Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, si nous ne nous complaisons pas à la situation d’humiliation dans laquelle nous sommes plongés. Il suffit d’observer les bars et maquis, d’écouter les discours dans les grins de thé, d’interroger le comportement de certains acteurs politiques et on tomberait à la renverse. Allah relate les échanges entre les enfants d’Israël et Samuel : « N’as-tu pas vu les notables parmi les enfants d’Israël qui vinrent après Moussa, lorsqu’ils dirent à l’un de leurs prophètes : « Envoie-nous un roi afin que nous combattions sur le sentier d’Allah. » Il dit : « Et s’il vous est prescrit la guerre et que vous renoncez à combattre ! » Ils répondirent : « Qu’aurions-nous à ne pas combattre alors que nous fûmes arrachés à nos maisons et à nos enfants ? » Mais quand la guerre leur fut prescrite, ils tournèrent le dos à l’exception d’un petit nombre d’entre eux, mais Allah connaît parfaitement les injustes. » (Sourate 2 verset 246)

Effectivement, quand la guerre leur fut prescrite, une partie de l’armée israélite se détourna car prise de lâcheté après avoir bu abondamment à une rivière à laquelle elle ne devait boire que peu. Tout cela dénote de leur attachement à la vie terrestre à travers la désobéissance aux ordres. On est encore tenté à la comparaison avec notre situation. Comment avoir le courage d’aller libérer le peuple et les territoires quand on jette un coup d’œil sur ses immeubles qui poussent comme des champignons, quand on voit ses comptes bancaires bien garnis ainsi que ses nombreux véhicules de dernière classe avec lesquels on circule tranquillement en ville. Une petite partie de combattants Croyants parmi les enfants d’Israël accepta d’aller combattre. Ils galvanisèrent par ces termes : « Combien de troupes peu nombreuses ont, par la volonté d’Allah, vaincu des troupes très nombreuses ! Et Dieu est avec les patients. » (Sourate 2 verset 249) Il se tournèrent vers leur Seigneur et implorèrent Son soutien et la victoire en ces termes : « Seigneur ! Répands sur nous la patience, affermis nos pas et donne-nous la victoire sur le peuple incrédule ! (Sourate 2 verset 249) Initialement, David n’était pas parmi les combattants. C’était un jeune berger et ses sept frères avaient suivi Saül à la guerre. Son père l’envoya s’enquérir de leur nouvelle. A son arrivée, il trouva les Israélites et les Philistins face à face. Il alla vers ses frères, et voici que montait Goliath des lignes philistines.

Il était immense et avait un énorme corps. Il interpella les lignes d’Israël et leur proposa un combat singulier, mais personne n’osait sortir des rangs pour l’affronter. « Ô Israélites ! Leur lança-t-il, si vous êtes vraiment dans la vérité, que l’un d’entre vous vienne m’affronter ! » David lança à ses frères : « Y en a-t-il un parmi vous pour défier ce philistin incirconcis ! » Mais ces derniers se turent. Il se rendit du côté des rangs où il n’y avait pas ses frères. Alors que Saül encourageait les troupes, il passa devant David qui s’écria : « Que fera-t-on pour l’homme qui tuera ce philistin incirconcis ? – Je lui donnerais ma fille et la moitié de mon royaume, répondit-il. – Moi, je sortirai pour le combattre. » David, qui avait l’habitude d’utiliser sa fronde contre les loups et les lions qui s’approchaient de son troupeau, prit trois pierres et visa la poitrine de son adversaire. Goliath s’écroula et Allah mit son armée en déroute. L’endroit où se déroula l’événement en question allait devenir plus tard Damas. Depuis ce jour, David devint grand aux yeux de son peuple et gagna en échelon. Il prit le commandement des armées, et après la mort de Saül, il fut élu Roi d’Israël et reçu la prophétie. C’est dans ce sens qu’Allah dit : « Allah accorda à Dâwûd la royauté et la sagesse et lui apprit ce qu’Il voulut ». (Sourate 2 verset 251) Seigneur Allah, permis-nous un retour sincère à Toi, fais de nous des David face à cette humiliation qui a tant duré et donne-nous la victoire.

NB : La foi musulmane est une foi active qui impose un devoir de présence.

Dr Inoussa COMPAORE Imam à l’AEEMB et au CERFI.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.