SIAF 2022 : Combler le retard des startups francophones en termes d’investissement

La 2e édition du Sommet des Investisseurs d’Afrique francophone s’est tenue du 03 au 04 Mars à Dakar, la capitale Sénégalaise. Un rendez-vous qui a réuni plus de 400 participants en présentiel et en ligne, avec pour seul objectif d’établir des connections gagnantes pour les startups d’Afrique francophone. Initialement prévue en 2021 et reportée à plusieurs reprises en raison de la pandémie de Covid-19 et des incertitudes liées aux déplacements, le SIAF 2022 a regroupé plusieurs investisseurs actifs en Afrique francophone, et de nombreuses startups venues de la sous-région (Côte d’ivoire, Mali, Burkina Faso, Benin, Togo, Gabon, Cameroun, Sénégal, Tchad, Centre Afrique…). Les startups sont actuellement le symbole de l’entreprenariat en Afrique. Leur financement connait cependant de nombreux problèmes. Les participants ont aussi échangé sur la différence entre l’Afrique francophone et l’Afrique anglophone en termes de financement des startups. « Nous avons constaté qu’il existe un grand écart entre les pays d’Afrique francophone et nos voisins anglophones en ce qui concerne l’accès aux financements et  la visibilité des startups. Sur ce point nous accusons un grand retard dans la partie francophone, et notre objectif en organisant cet événement est de contribuer à créer les conditions favorables pour l’investissement des startups en Afrique francophone, mais aussi de mettre en valeur les atouts de tous ces projets innovants »,  a estimé Nadine Zoro, directrice de Suguba et organisatrice de la rencontre de Dakar. L’Afrique francophone commence elle aussi à susciter l’intérêt des investisseurs. Cinq pays francophones se détachent : le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Rwanda, la Tunisie et le Maroc.

AK

 (Source : Suguba)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.