Paix au Burkina : les musulmans implorent la miséricorde d’Allah

La communauté musulmane, sur l’initiative du gouvernement, a prié, le vendredi 15 avril 2022, à la grande mosquée de Ouagadougou, pour le retour de la paix au Burkina Faso.

Le ministre en charge des affaires religieuses, Issaka Sourwema, a témoigné sa reconnaissance à la FAIB.

L’appel du président du Faso Paul-Henri Sandaogo Damiba d’observer trois jours de prière et d’intercession dans les 13 régions du pays en relation avec les communautés religieuses et coutumières a été entendu par la communauté musulmane. En effet, elle a, à travers la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB), prié le vendredi 15 avril 2022, en présence du ministre des Affaires religieuses et coutumières, Issaka Sourwema et celui des Mines et des Carrières, Jean Alphonse Somé, pour le retour de la paix au Faso. Les fidèles musulmans, à l’issue de la prière ont fait des bénédictions et ont supplié Dieu pour un vivre-ensemble au pays des Hommes intègres. « Al-Fatiha », la sourate d’ouverture du Coran, livre sacré des musulmans, a été récit en chœur par l’ensemble des fidèles à cette occasion. Le porte-parole du grand imam de la mosquée, imam Abdoul Malik Kanazoé, a prôné la fraternité, la cohésion sociale et surtout la solidarité envers les personnes éprouvées par l’insécurité.

Le ministre des Affaires religieuses et coutumières Issaka Sourwema s’est dit ravi des bénédictions qui ont été invoquées à l’endroit de l’ensemble de tout le pays, notamment des autorités, des forces de défense et de sécurité. « Nous sommes reconnaissants à la communauté musulmane. Allah, le miséricordieux nous accorde la paix que nous avons tant besoin », a-t-il imploré. A l’entendre, leur présence a consisté à donner de la vigueur à la communauté musulmane parce que les Burkinabè en ont besoin, en ces temps qui courent pour le retour de la paix. Le vice-président de la communauté musulmane, El hadj Lassané Soré, a salué le gouvernement pour cette initiative. « Chaque jour, nous prions Dieu pour la paix, mais la présence des autorités parmi nous renforce notre conviction », s’est-il exprimé. Il a par ailleurs invité chacun où qu’il se trouve de se mettre en prière. Car, a-t-il fait savoir, si le pays est dans une situation d’insécurité personne ne peut adorer Dieu.

Aly SAWADOGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.