Vaccin contre la méningite

Une rupture qui dure 2 ans Les voyageurs qui ont l’obligation de faire le vaccin contre la méningite avant d’aller à l’étranger rencontrent des soucis. Kantigui a appris de sources bien introduites que ce vaccin est en rupture au service d’hygiène de Ouagadougou, depuis plus de deux ans.

Quand les voyageurs dans le besoin se présentent dans cette structure, les agents de santé leur demandent d’aller se procurer une dose du vaccin en pharmacie. Vu la nécessité, cette option peut se comprendre, mais là où le bât blesse, relève Kantigui, c’est le coût de la dose de vaccin, qui avoisine 35 000 F CFA.

Sans oublier que toutes les pharmacies ne disposent pas de ce produit qui se fait de plus en plus rare. N’ayant pas le choix, la plupart des voyageurs en quête du vaccin contre la méningite se cotisent régulièrement, à raison de 12 000 F CFA par personne, pour prendre le flacon de 10 doses et se faire administrer.

Kantigui en a fait le constat dans la matinée du mardi 19 avril 2022, notant du même coup les plaintes des voyageurs qui faisaient jusque-là ce vaccin sans difficulté. Kantigui invite les autorités sanitaires à trouver une solution à cette rupture prolongée de doses de vaccin contre la méningite au Service d’hygiène de Ouagadougou.


Bobo-Dioulasso : Un proviseur et un intendant entendus pour « détournement » de 16 millions F CFA

Le proviseur et l’intendant d’un des plus grands lycées de Bobo-Dioulasso ont été entendus par la gendarmerie. Tout serait parti, selon la source de Kantigui, d’une plainte que le syndicat des professeurs du lycée a déposée au parquet du Tribunal de grande instance (TGI) de la ville, pour détournement de fonds.

Des explications que Kantigui a eues, chacun des 4 000 élèves du lycée paie la somme de 4 000 F CFA, indexée aux frais de scolarité, représentant « les frais d’envoi de SMS aux parents, pour communiquer les notes et les comportements des élèves ». Un petit calcul donne ainsi un total de 16 millions F CFA. N’ayant pas les traces du montant qui devait être versé au Comité de gestion (COGES) de l’établissement, les professeurs auraient porté plainte. Selon l’informateur de Kantigui, le proviseur du lycée, l’intendant et le président sortant de l’Association des parents d’élèves (APE) ont été entendus par la gendarmerie. « Le proviseur et l’intendant ont été sommés de retrouver cet argent.

L’intendant aurait fait un retrait dudit montant sur un compte n’appartenant pas à l’établissement et l’aurait reversé dans le compte du COGES », a précisé la même source. Joint au téléphone, le proviseur qui n’a ni confirmé, ni infirmé l’information, a promis de revenir à Kantigui avec plus de d’éclaircissements « dans les jours à venir ».


Garango : Une femme meurt à la suite suite d’une balle perdue

Kantigui a appris qu’une femme est décédée dans la matinée du mardi 19 avril 2022 au commissariat de police de Garango, localité située à une vingtaine de kilomètres de Tenkodogo dans la province du Boulgou, région du Centre-Est.

Selon l’informateur de Kantigui, la dame s’était rendue dans ledit commissariat pour établir sa carte nationale d’identité. C’est lorsqu’elle attendait son tour d’enregistrement que l’arme d’un agent de police posée sur une table est tombée. Dans sa chute, l’arme s’est déclenchée. A en croire la source de Kantigui, la femme aurait reçu la balle au niveau du cou. Malheureusement, elle succombera à ses blessures quelques temps après. Tout en compatissant à la douleur de la famille éplorée, Kantigui recommande de la prudence pour éviter que de telles situations ne se répètent.


Site d’or de Warwéogo : Un éboulement fait un mort

Malgré la mesure prise par les autorités interdisant l’exploitation des différents sites aurifères dans la commune de Bittou et ses environs, certains orpailleurs poursuivent leurs activités de recherche du métal précieux au péril de leur vie. Kantigui dans ses pérégrinations a appris d’une source la survenue d’un éboulement dans le site d’or de Warwéogo dans le village de Mogandé, relevant de la commune de Bittou, le lundi 18 avril 2022. Selon la source de Kantigui, l’on déplore la mort d’une personne. Grâce à des bonnes volontés, le corps sans vie de l’orpailleur a été sorti du trou puis enterré à proximité. Kantigui invite les orpailleurs de la commune à respecter les décisions des autorités pour éviter la survenue de tels drames.


Boromo : le courage d’un élève-sauveteur célébré par son école

Au lendemain des fortes pluies (97,8mm d’eau) tombées sur Boromo et ses environs le weekend pascal, Kantigui a appris que quatre élèves de la classe de 5e d’un lycée de la ville emportés par les courants d’eau sous la pluie du samedi 16 avril ont été sauvés de justesse. En effet, selon la source de Kantigui, lesdits élèves (deux filles et deux garçons) auraient quitté l’école pour la maison sous la forte pluie.

Pour accéder à leur quartier, au secteur 2 de la ville, il fallait traverser un pont entièrement englouti par l’eau. Arrivés sur le pont certains parmi eux hésitaient alors que d’autres encourageaient à la traversée. Face à l’épreuve, des riverains les auraient même déconseillés ce « suicide ». Mais, ils auraient fait la sourde oreille pour défier les vagues que des adultes même craignaient, précise une autre source à Kantigui.

Une fois au milieu de l’eau, ils ont été propulsés par les vagues dans le lit du bas-fond où l’eau se dirigeait. La force des vagues étaient telle que personne ne pouvait dans l’immédiat les secourir. Toutefois des initiatives rapides ont permis de récupérer une d’entre eux que les vagues avaient déposé hors du lit. Les trois autres se sont retrouvés sur un arbuste auquel ils se sont agrippés. La rescapée a rapidement couru pour informer le proviseur du lycée. Une fois sur les lieux, face à la gravité de la situation, ce dernier a appelé les secours d’urgence.

C’est ainsi que les pompiers aidés par un brave élève du même lycée et des populations ont pu secourir les trois enfants après une heure de tentative. Ils sont sains et saufs, selon l’informateur de Kantigui, mais ont perdu leurs vélos et leurs sacs d’école. Le pire a donc été évité. Hier matin, le lycée a célébré le courage de l’élève qui a décidé volontairement de se jeter à l’eau pour sauver ses camarades. Kantigui félicite également les sapeurs-pompiers de Boromo et les populations tout en invitant les élèves à la prudence.


Inondation de la mine de Perkoa : 8 personnes portées disparues

Il est revenu à Kantigui qu’à la suite d’une pluie, le 16 avril dernier, la mine de Zinc de Perkoa, dans la région du Centre-Ouest, a subi une inondation. Selon la source de Kantigui, la force de l’eau était telle que le bord de la fosse d’exploitation a cédé à un endroit et tout ce qui s’y trouvait a été submergé. La même source indique que 23 personnes étaient portées disparues, 15 d’entre elles ont été retrouvées et les huit autres restent toujours sans nouvelle (du moins jusqu’à hier soir).

De ce que Kantigui a noté, le génie militaire, les sapeurs-pompiers, la sécurité de la mine sont à pied d’œuvre pour retrouver ceux qui manquent à l’appel. Les autorités coutumières et administratives locales qui étaient sur le site lundi, conjuguent leurs efforts pour sauver ce qui peut encore l’être, a appris Kantigui. Kantigui rappelle que le gisement de zinc de Perkoa a été découvert dans les années 1980 et la mine est entrée en exploitation en 2013.


Banfora : La DP de l’action sociale cambriolée

Il a été rapporté à Kantigui que la Direction provinciale de la Solidarité nationale et de l’Action humanitaire de la Comoé a été l’objet d’un cambriolage dans la nuit du 16 au 17 avril 2022. A se fier aux différents témoignages, quatre tablettes, trois ordinateurs de bureau et plusieurs autres matériels ont été emportés.

A en croire les constatations faites et les objets retrouvés sur la scène de l’action, le ou les cambrioleurs auraient accédé à la cour à l’aide d’une corde abandonnée sur les lieux. Toute chose qui laisse dire que les malfrats seraient entrés en passant par l’arrière du bâtiment afin d’éviter de se faire repérer par des éventuels passants. Il a été rapporté à Kantigui que cette direction provinciale ne dispose ni de gardien de jour ni de nuit.

Or, les locaux de ce service venaient d’être réfectionnés et étaient en attente de réception définitive. Toutefois, Kantigui a déploré l’emplacement de cette direction qui est engloutie par des boutiques de rue.


ALT : un Groupe constitué peine à désigner son président

Dans une note que Kantigui a interceptée, il a retenu que le groupe constitué Partis politiques de l’Assemblée législative de transition (ALT) a du mal à désigner son président. Selon cette note, les membres de ce groupe ont tenté de se réunir à cinq reprises, à cet effet, sans succès. Selon ladite note, à la dernière tentative qui date du 14 avril, ils n’étaient que trois à répondre à l’appel.

Face à cette impasse, un de la composante s’est retourné vers le président de l’ALT afin que ce dernier les aide à « surmonter positivement » la difficulté à laquelle ils font face. Kantigui souhaite que les membres de cette composante parlent le même langage pour permettre à l’ALT de travailler sereinement.

Kantigui

Kantigui2000@gmail.com (+226) 25 31 22 89

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.