Assassinat de Lionel Kaboui : 23 mois après, la famille réclame toujours justice

« Notre fils, Lionel Kaboui, âgé de 23 ans, a été assassiné par balles de gendarme le 6 juin aux environs de 4 heures du matin alors qu’il se déplaçait seul dans son véhicule… », a rappelé le père de la victime, Emmanuel Kaboui, ce lundi 25 avril 2022 en conférence de presse.

Alors que, de leur avis, le dossier judiciaire traîne 23 mois après les faits, la famille Kaboui se pose une série de questionnements et interpelle les autorités politiques et judiciaires du pays.

Les parents sont convaincus que leur fils a été victime d’une bavure de gendarme qui tend à être maquillée en accident ou à être mise sous la responsabilité d’autres personnes.

Ils se fondent particulièrement sur un certain nombre d’observations sur les circonstances de la nuit où le jeune Lionel Kaboui a perdu la vie : une balle extraite de sa nuque et au moins 07 impacts de balles visibles sur son véhicule, qui d’ailleurs, est toujours stationné à la gendarmerie de Kossyam de Ouaga 2000.

Une plainte contre les gendarmes de faction cette nuit a été introduite depuis le 11 août 2020 auprès du procureur du Faso. Le père Kaboui a confié avoir reçu du procureur, des assurances pour la suite de l’enquête. Mais à ce jour, s’est-il désolé, la plainte demeure au stade des auditions.

Qu’à cela ne tienne, la famille n’en démord pas, elle réclame vérité et justice afin que « les bourreaux de ce genre de pratique à la gâchette facile réfléchissent par deux fois avant de poser de tels actes sur nos enfants ».

F.M.O.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.