Incident à la mine de Perkoa « Le gouvernement va gérer cette crise avec rigueur », dixit le Premier ministre

Après la visite du site et des échanges avec les responsables de la mine, Albert Ouédraogo a dit ne pas être rassuré quant à la possibilité de retrouver les disparus vivants.

Le Premier ministre, Albert Ouédraogo, a effectué une visite à la mine de Perkoa, le dimanche 1er mai 2022, afin de constater l’avancement des opérations de sauvetage des huit miniers piégés dans la galerie.

Le gouvernement burkinabè se préoccupe du sort des huit miniers piégés dans la galerie souterraine de la mine de zinc de Perkoa située dans la province du Sanguié. La preuve, une délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre, Albert Ouédraogo, s’est rendue sur les lieux, le dimanche 1er mai afin de constater l’avancement des opérations de sauvetage qui sont menées depuis la survenue de l’incident il y a plus de deux semaines.

Après la visite des installations et des échanges avec les responsables de Trevali mining, le Premier ministre s’est montré peu optimiste quant au sort des personnes disparues. « Les opérations sont restées jusque-là infructueuses et après les informations reçues aujourd’hui, je repars plus inquiet », a-t-il déclaré.

Le chef de l’exécutif a par ailleurs regretté les hésitations dont ont fait preuve les premiers responsables de la mine dès les premiers instants de l’incident. En effet, après avoir échangé également avec les responsables des travailleurs, Albert Ouédraogo a regretté le fait qu’il n’y ait pas eu un dispositif de sécurité rigoureux à la mine.

Une enquête judiciaire ouverte

Pour le Premier ministre, l’incident de Perkoa interpelle le gouvernement à prendre des mesures pour prévenir les risques professionnels.

Pour lui, cette situation est le résultat d’une négligence des gérants de la mine en ce sens qu’un certain nombre d’actions notamment des dynamitages ont été entrepris sur le site quelques jours avant l’incident. Toute chose qui, selon le chef du gouvernement, a fragilisé la mine et favorisé l’inondation qui est à la base de cette situation malheureuse. Albert Ouédraogo a, par ailleurs, noté qu’une enquête judiciaire a été ouverte afin d’examiner tous ces éléments et situer les responsabilités.

Mais en attendant, « des mesures conservatoires ont été prises pour empêcher les premiers responsables de la mine de quitter le pays ». Une décision saluée par les familles des victimes qui ont également déploré la manière dont l’incident est survenu. « J’ai dit dès le départ que cette situation n’est pas à mettre sur le compte d’une catastrophe naturelle. Ce serait trop facile parce qu’il y a eu de la négligence et de la cupidité.

C’est la recherche de maximum de gains qui a conduit à cette histoire », a dénoncé Yacouba Ladji Bama, un proche de Charles Bama coincé dans la mine. Les parents des victimes ont, par ailleurs, déploré le manque de communication qui ne leur permet pas d’avoir des informations sur les opérations de sauvetage et l’évolution de la situation au jour le jour.

Le Premier ministre les a rassurés que le gouvernement va gérer cette crise avec rigueur. Pour lui, l’incident de Perkoa pose la problématique de la sécurité au travail et interpelle le gouvernement sur les mesures à prendre pour prévenir les risques professionnels.

Nadège YAMEOGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.