Insécurité : Solenzo accuse le coup

Kantigui de passage à Solenzo, chef-lieu de la province des Banwa, après l’attaque du commissariat de police, le vendredi 22 avril 2022, a fait un constat amer. En effet, la recrudescence de l’insécurité dans la province avec les attaques de Sanaba, Balavé et Solenzo a contraint certains établissements scolaires à fermer les portes, les uns après les autres. La ville de Solenzo, a pu constater Kantigui, accueille par dizaines, les élèves déplacés internes qui se préparent aux examens scolaires.

Kantigui s’est également rendu compte que la capitale provinciale accuse le coup de l’attaque du vendredi 22 avril sur le commissariat de Solenzo. Kantigui, en faisant le tour des services, a noté que le haut-commissariat et d’autres services provinciaux peinent à fonctionner à cause des menaces terroristes. Kantigui se pose la question de savoir comment seront organisés les examens scolaires et aussi la continuité du service public dans l’administration par ces temps d’insécurité. Kantigui salue l’œuvre de ceux qui, malgré le contexte, sont restés fidèles au poste, faisant preuve d’une résilience exemplaire.


Frontière Burkina-Mali : Le racket a la peau dure

Dans ses pérégrinations, Kantigui a rencontré un commerçant très remonté contre les pratiques en vigueur au poste frontalier Burkina-Mali de Koloko. Et pour cause, il se plaint des tracasseries dont lui et ses concitoyens du même domaine sont victimes de la part de « nos propres agents». Son récit est édifiant et révèle, entre autres, que les agents de chez nos voisins sont moins disant dans les mêmes pratiques que les notres.

Ce qui l’intrigue, a-t-il poursuivi, c’est qu’avec les policiers maliens, les commerçants burkinabè ne paient que 500 F et ceux de leurs pays ne débourse rien. Tant pis pour ceux qu’on appelle couramment les « je connais mes droits ». « Le 29 avril dernier, en provenance du Mali, parce que nous avons refusé de payer, ils nous ont gardés de 11h à 19h. Les cars sont partis nous laisser avec nos marchandises », a-t-il confié. La source de Kantigui appelle les autorités à faire cesser ces pratiques qui, a-t-elle dit, contribuent au renchérissement du coût des marchandises.


Léo : Un éboulement fait deux morts

Kantigui a appris qu’un éboulement est survenu, le mercredi 27 avril 2022, dans une exploitation minière artisanale dans le village de Payalo, dans la province de la Sissili, causant deux morts. Le haut-commissaire de la province de la Sissili, Sié Aristide Mohamed Kam s’est rendu le jeudi 28 avril 2022 sur les lieux du drame,…

Lire l’article sur Sidwaya numérique

Kantigui

Kantigui2000@gmail.com (+226) 25 31 22 89

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.