Crise Cédéao-Mali : Le Togo sollicité en médiateur

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo, président en exercice de la Cédéao et Assimi Goïta, chef de la junte malienne, le 18 octobre 2021 à Bamako.

Le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, et son homologue togolais, Robert Dussey, ont annoncé que le président du Togo Faure Gnassingbé a accepté d’être le médiateur entre le Mali et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), conformément aux sollicitations des autorités maliennes.

« Nos échanges avec le Togo sont importants et enrichissants. Le Togo a une approche mesurée, équilibrée et constructive par rapport à la gestion des processus de transition. Nous avons sollicité le Togo pour user de bons offices pour aider à faciliter le dialogue avec la communauté internationale pour sortir de cette situation », a expliqué Abdoulaye Diop.

Pour Robert Dussey, le Togo se tient prêt à accompagner le Mali aux plans politique et sécuritaire en vue de la restauration de l’ordre constitutionnel, de la paix, de la stabilité et de l’intégrité de son territoire.

La Cédéao a imposé en janvier, des sanctions contre le Mali, après le refus des militaires putschistes de s’engager pour rendre le pouvoir aux civils dans un délai de 18 mois.

« Nous avons réitéré notre volonté d’œuvrer pour aller vers une sortie de crise, aller vers des élections crédibles au Mali.  Le Mali a fait beaucoup de concessions. Le gouvernement du Mali estime qu’il faille considérer une période de 24 mois pour revenir à un ordre constitutionnel », a précisé le ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop.

Abdoulaye Diop a par ailleurs salué le rôle du Togo et les prises de position publiques de son  président sur la situation au Mali et pour un dialogue entre Bamako et les institutions sous-régionales, notamment la Cédéao.

Sidwaya.info

Source : dw.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.