Mécanisation de l’agriculture : 500 nouveaux tracteurs pour les producteurs burkinabè

Le ministère de l’Agriculture, des Ressources animales et halieutiques, à travers la Société nationale de l’aménagement des terres et de l’équipement rural (SONATER), a remis officiellement, le samedi 7 mai 2022 à Bobo-Dioulasso, 500 nouveaux tracteurs et accessoires aux producteurs burkinabè. Cette remise, troisième du genre, porte à 1 400 tracteurs subventionnés, au profit du monde rural.

L’Etat burkinabè poursuit sa politique de mécanisation de l’agriculture. Après une première opération de remise de 500 tracteurs en 2017 et une deuxième de 400 en 2019, il a procédé à la remise de 500 nouveaux tracteurs et accessoires (plus de 8 milliards F CFA) à prix subventionné (environ 4,5 milliards F CFA) au monde paysan. La cérémonie de remise officielle s’est déroulée, le samedi 7 mai 2022, à Bobo-Dioulasso. Patron de l’événement, le Premier ministre, Albert Ouédraogo, a d’emblée rendu un hommage aux producteurs pour, a-t-il dit, leur amour du travail de la terre. Dans cette lancée, il a rassuré le monde rural de l’accompagnement de son gouvernement afin de booster le développement national. Le chef du gouvernement s’est dit conscient que la sécurité est la condition sine qua non pour toute action de développement.

La subvention de ces 500 tracteurs a couté environ 4,5 milliards F CFA à l’Etat burkinabè.

D’où son appel au monde rural et partant, à tous les Burkinabè, à accompagner la politique de restauration du pays. « En s’engageant à restaurer le Burkina Faso dans ses limites territoriales, à ramener la paix et à réformer l’Etat, la Transition en cours a lancé un combat qui est non seulement le vôtre mais aussi celui de tous les Burkinabè », a affirmé Albert Ouédraogo. Le Premier ministre reste convaincu que pour rendre compétitive l’agriculture burkinabè et assurer une sécurité alimentaire durable aux populations, la modernisation et la révolution agricole s’imposent. « Plus que jamais, il nous faut sortir de l’ère de la houe et de la daba, effacer progressivement la traction animale et parvenir à une mécanisation globale de l’agriculture », a-t-il indiqué. Pour le ministre de l’Agriculture, des Ressources animales et halieutiques, Innocent Kiba, ces 500 tracteurs permettront aux producteurs de gagner en temps dans les différentes opérations culturales et d’être plus résilients face au changement climatique. « La mécanisation raisonnée de notre agriculture est l’un des facteurs d’accroissement de la production agricole », a-t-il soutenu. Innocent Kiba a, par ailleurs, relevé que le gouvernement assure la subvention de ces machines agricoles à hauteur de 50%. Pour que cette mécanisation puisse profiter à l’ensemble des producteurs, le ministre a promis de développer une expertise qui puisse accompagner les producteurs de manière durable.

4 garages fixes et 2 mobiles

Le président de la Chambre nationale d’agriculture, Moussa Koné, a aussi reconnu la nécessité de la mécanisation de l’agri-culture nationale. « Ces équipements sont d’une importance dans la professionnalisation des exploitations agricoles », s’est-il félicité. Afin de faciliter l’accès des petits producteurs à faible budget de manière collective à la mécanisation agricole, la Chambre, selon son président, a lancé en juillet 2019 un projet de mise en place de Coopératives d’utilisation de matériels agricoles (CUMA).

Il a donc plaidé auprès du gouvernement et de ses partenaires techniques et financiers afin qu’ils soutiennent la CNA à rendre opérationnelles les CUMA déjà mises en place. Le Président directeur général (PDG) du groupe Tropic agro (groupe fournisseur des machines), Al Hassane Siénou, a précisé que son entreprise a inscrit la question du service après-vente au cœur de ses préoccupations. « Les pièces de rechange des présents tracteurs sont déjà disponibles et d’autres commandes sont en cours de livraison », a-t-il rassuré. De plus, a-t-il dit, des garages sont prévus à Bobo-Dioulasso, à Banfora et dans deux autres localités, en tenant compte des zones de concentration des tracteurs, ainsi que deux garages mobiles. Al Hassane Siénou a, en outre, annoncé une implantation d’une unité d’assemblage d’une capacité de production de 60 tracteurs par jour.

Alpha Sékou BARRY alphasekoubarry@gmail.com

Kevine DA (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.