Protection des données à caractère personnel : la Cour de cassation à l’école de la CIL

La Commission de l’informatique et des libertés (CIL) a organisé, le lundi 16 mai 2022 à Ouagadougou, un séminaire de sensibilisation au profit des membres et du personnel administratif de la Cour de cassation. Cette session a porté sur les « enjeux de la protection des données à caractère personnel et de la vie privée à l’ère du numérique ».

La Commission de l’informatique et des libertés (CIL) poursuit ses efforts dans la protection des données à caractère personnel. Dans le cadre de ses activités, l’institution a organisé le lundi, 16 mai 2022 dans la capitale burkinabè, un séminaire de sensibilisation au profit des membres et du personnel administratif de la Cour de cassation. Le thème de la session a porté sur les « Enjeux de la protection des données à caractère personnel et de la vie privée à l’ère du numérique ». La présidente de la CIL, Marguerite Ouédraogo/Bonané a, au cours de l’atelier, expliqué que les technologies de l’information et de la communication sont porteuses d’espoir de développement économique, social et culturel. Cependant, Mme Ouédraogo a relevé que ces outils occasionnent de nouvelles formes de délinquance avec de lourdes conséquences. La présidente de la CIL a aussi confié que la cybercriminalité connait actuellement une mutation inédite qui nécessite de repenser le droit en vue de prendre en compte les nouvelles réalités. D’où l’intérêt de la présente session de sensibilisation du personnel de la Cour de cassation.

Mutualiser les efforts

A l’entendre, les communications porteront sur le cadre juridique et institutionnel de la protection des données à caractère personnel au Burkina Faso et le droit pénal traditionnel face à la nouvelle criminalité portant sur la protection des données à caractère personnel et la vie privée à l’ère du numérique : quelle efficacité ? Les plateformes numériques, la protection des données à caractère personnel et de la vie privée ainsi que la sécurité des systèmes d’information et les enjeux liés à la protection des données à caractère personnel ont également été abordés au cours de la formation, foi de Marguerite Ouédraogo/Bonané. Pour le 1er président de la Cour de cassation, Mazobé Jean Kondé, le trait commun des différentes communications soulève des problématiques d’actualité.

A l’écouter, leur pertinence nécessite un renforcement des liens de collaboration entre la CIL et la Cour de cassation pour l’organisation régulière et périodique des sessions de formations approfondies. Car, a-t-il soutenu, l’évolution de la technologie a occasionné l’usage abusif et incontrôlé des données à caractère personnel traitées par les administrations publiques. M. Kondé a par ailleurs regretté le fait que les usagers des techniques de l’information et de la communication ne soient toujours pas conscients des enjeux liés à la protection de leurs données à caractère personnel. A ce propos, le 1er président de la Cour de cassation a souhaité que la CIL et son institution fédèrent leurs efforts à travers la tenue de sessions de formation suivie d’une évaluation régulière de leurs activités afin de mieux valoriser leurs acquis.

Abdoulaye BALBONE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.