Situation nationale : des évaluateurs de la CEDEAO présents à Ouagadougou

Le Conseil des ministres s’est tenu, le mercredi 18 mai 2022, à Ouagadougou sous la présidence du chef de l’Etat, Paul-Henri Sandaogo Damiba. Il ressort de ce conseil qu’une délégation de la CEDEAO séjourne actuellement au Burkina Faso en vue d’évaluer la situation socio-politique nationale dans le cadre de la gestion de la Transition.

Une délégation de seize personnalités de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est en mission d’évaluation au Burkina Faso, depuis le mardi 17 mai 2022. L’information a été donnée par le ministre en charge de l’éducation nationale, porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo, à l’issue de l’hebdomadaire Conseil des ministres qui s’est tenu le mercredi 18 mai 2022 à Ouagadougou, sous la présidence du Chef de l’Etat, Paul-Henri Sandaogo Damiba. Cette délégation qui est composée d’experts militaires, humanitaires et politiques, selon le ministre Bilgo, est présente dans le pays « à la demande du gouvernement » afin de poursuivre son analyse de la situation nationale. « De nombreuses rencontres sont prévues et nous espérons apporter aux experts de la CEDEAO l’ensemble des éléments nécessaires à leurs appréciations de la situation nationale », a declaré Lionel Bilgo. Il a ajouté qu’au titre de la Présidence du Faso, le Conseil a adopté un rapport portant organisation de la Présidence du Faso, pour le compte du ministre d’Etat, ministre auprès de la Présidence du Faso, chargé de la Cohésion sociale et de la Réconciliation nationale. Et dans le cadre du dialogue initié avec les groupes armés, a-t-il souligné, un décret a été pris portant nomination des membres de la Coordination nationale des Comités locaux de dialogue et d’un coordonateur nationale. Cette coordination, a-t-il expliqué, est composée de 10 membres représentant les départements ministériels concernés par la question de la réconciliation nationale. Ces décrets devront permettent, foi du ministre Bilgo, de rendre opérationnels les comités de dialogue pour la paix en vue de mettre en œuvre le processus de dialogue grâce au mécanisme endogène de construction de la paix.

Recrutement de 750 élèves sous-officiers de police

Au titre du ministère de l’Administration territoriale et de la Sécurité, le conseil a adopté un rapport portant organisation des concours directs et professionnels, au titre de l’année 2022 de la police nationale. Ainsi, selon le porte-parole du gouvernement, le conseil a marqué son accord pour le recrutement de 750 élèves sous-officiers de police, au titre des concours directs et de 10 élèves commissaires et de 50 officiers au titre des concours professionnels. Du point fait par Lionel Bilgo, il ressort également que le Conseil a adopté un rapport relatif à la situation économique et financière du Burkina Faso en 2021 et les perspectives sur la période 2022-2025. Le second rapport adopté est relatif à une ordonnance portant autorisation de ratification des accords de don IDA N° 2 2221-BF et du crédit IDA et de don GAHSP conclus le 21 décembre 2021, entre le Burkina et l’Association internationale de développement (IDA), pour le fonctionnement du programme de résilience du système alimentaire en Afrique de l’Ouest. A entendre le Porte-parole du gouvernement, pour le Burkina Faso, le programme est financé par la Banque mondiale pour un montant global de 62,6 milliards de F CFA et est composé d’un don de 45 millions de dollars et d’un crédit de 45 autres millions de dollars.

Une enquête sur l’incendie de la mine de Houndé

En vue de garantir la sécurité alimentaire, il a été adopté un rapport relatif au plan de réponse de soutien aux populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition 2022. Ce plan, a relevé Lionel Bilgo, vise à soutenir les populations vulnérables à travers des actions harmonisées d’assistance alimentaire de protection, de moyens d’existence, de prévention et de prise en charge de la malnutrition. Les réponses urgentes, a-t-il souligné, concernent l’assistance alimentaire aux personnes vulnérables, aux personnes déplacées internes, la prise en charge des enfants de moins de 5 ans malnutris, des femmes enceintes et allaitantes malnutries y compris les personnes déplacées internes et le soutien en approvisionnement en eau potable.

Le coût global de ce plan 2022, a-t-il soutenu, est de 237 milliards de F CFA et est financé par l’Etat burkinabè et ses partenaires techniques. Revenant sur la situation de la mine de Perkoa, le Porte-parole du gouvernement a declaré qu’après l’ouverture infructueuse de la chambre de refuge qui a permis de constater qu’elle était totalement vide, les recherches se poursuivent toujours dans le but de retrouver les 8 mineurs. « Le gouvernement reste attentif et engagé dans ses recherches et apporte son soutien aux familles qui sont toujours dans l’attente comme l’ensemble des Burkinabè », a-t-il laissé entendre. Pour ce qui est de la situation intervenue dans la mine d’or de Houndé, Lionel Bilgo a indiqué que la manifestation des orpailleurs a occasionné 7 blessés. 30 véhicules, 40 motos du personnel, 10 engins dont des bus, 13 magasins et 6 conteneurs ont également été brulés par les frondeurs. Pour situer les responsabilités de ces actes, selon le Porte-parole du gouvernement, une enquête judiciaire est en cours et des interpellations ont même déjà commencé. Le gouvernement appel donc au calme en attendant les résultats des investigations, a-t-il dit.

Soumaïla BONKOUNGOU &

Moussa KAYDA (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.