Lutte contre l’insécurité alimentaire : La Banque mondiale va injecter plus de 30 milliards de dollars

Pour une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable, la Banque mondiale compte investir dans le renforcement des systèmes alimentaires pour les rendre plus résilients aux risques croissants, aux perturbations des échanges et aux chocs économiques.

Dans le but de contribuer contre l’insécurité alimentaire dans le monde, la Banque Mondiale a annoncé le 18 mai 2022 qu’elle va allouer une enveloppe de plus de 30 milliards de dollars au financement d’un programme d’actions pour répondre à la crise alimentaire mondiale.

La forte inflation que connaît le monde aggrave la situation alimentaire d’une bonne partie de l’humanité, notamment dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Selon la Banque mondiale, les prix de la nourriture ont beaucoup grimpé ces derniers mois en raison de la hausse des prix des intrants, combinée aux coûts de transport élevés et à la guerre en Ukraine qui perturbe les échanges commerciaux internationaux.

« La situation frappe plus durement les pays pauvres et en développement, parce qu’ils sont fortement tributaires des importations de denrées alimentaires », souligne-t-elle. Pour contrer cette insécurité alimentaire grandissante, la Banque Mondiale a annoncé le 18 mai 2022 qu’elle va disponibiliser plus de 30 milliards de dollars pour financer son programme d’actions en réponse à la crise alimentaire mondiale.

Dans cette enveloppe, 12 milliards de dollars seront dégagés dans les 15 prochains mois pour financer de nouveaux projets dans le domaine de l’agriculture et de la protection sociale dans le but d’« amortir les effets de la hausse des prix des denrées alimentaires, ainsi que les secteurs de l’eau et de l’irrigation ».

Les pays d’Afrique et du Moyen-Orient, d’Europe de l’Est et d’Asie centrale et d’Asie du Sud en seront les principaux bénéficiaires.

Au titre de projets existants directement liés aux problèmes de sécurité alimentaire et nutritionnelle et concernant notamment l’agriculture et les ressources naturelles, la nutrition et la protection sociale, l’institution de Breton Woods dispose de plus de 18,7 milliards de dollars encore non décaissés.

« Mettre fin aux mesures qui bloquent les exportations et les importations »

Le programme d’actions Groupe de la Banque mondiale est centré sur quatre priorités. Il s’agit de soutenir la production et les producteurs pour une hausse de la production à la prochaine saison agricole, faciliter une hausse des échanges, soutenir les ménages vulnérables à travers des programmes de protection sociale ciblés.

Il s’agit également d’investir dans une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable, en enforçant les systèmes alimentaires pour les rendre plus résilients face aux risques croissants de conflits, de dérèglements climatiques, d’invasions de ravageurs, de maladies et aux perturbations des échanges et aux chocs économiques.

A côté de ses efforts pour sortir de la crise de la sécurité alimentaire, les Etats doivent jouer leur partition.

 « Pour informer et stabiliser les marchés, il est essentiel que les pays indiquent clairement et dès maintenant les futures augmentations de production en réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les pays devraient déployer des efforts concertés pour accroître l’offre d’énergie et d’engrais, aider les agriculteurs à intensifier les plantations et les rendements, et mettre fin aux mesures qui bloquent les exportations et les importations, favorisent les biocarburants au détriment des aliments ou encouragent des réactions de stockage inutiles », a souligné le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass.

Mahamadi SEBOGO

Windmad76@gmail.com

Sources : Groupe Banque mondiale

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.