Dialogue démocratique du CGD : les 100 premiers jours de la Transition analysés

Les conférenciers ont passé en revue la gouvernance de la Transition sur les plans économique, politique et sécuritaire.

Le consortium Diakonia, Centre de gouvernance démocratique (CGD), National democratic institute (NDI) et Paix a organisé un dialogue démocratique autour du thème : « Evaluation des 100 premiers jours du Président Damiba », le mardi 24 mai 2022, à Ouagadougou.

A la suite du coup d’Etat du 24 janvier 2022, le Burkina Faso a connu un changement de régime avec l’avènement au pouvoir du Mouvement patriotique pour le salut et la restauration (MPSR) dirigé par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. Le 16 février 2022, devant les sages du Conseil constitutionnel, il a prêté serment. 100 après, que peut-on retenir de la gouvernance de la Transition ?

Pour apporter une réponse à cette interrogation, le consortium Diakonia, Centre de gouvernance démocratique (CGD), National democratic institute (NDI) et Paix a organisé un dialogue démocratique, le mardi 24 mai 2022, à Ouagadougou, sur le thème : « Evaluation des 100 premiers jours du Président Damiba ». Aux dires du représentant du consortium, Dr Thomas Rayedé Ouédraogo, par ailleurs directeur exécutif du CGD, ce dialogue se veut être un cadre de la synergie d’actions de leurs organisations en vue de contribuer à des réflexions et des propositions stratégiques pour la conduite de la Transition.

Subdivisé en trois sous-thèmes, le premier sous-thème du dialogue intitulé « La gouvernance économique du régime de Transition 100 jours après ? » a été développé par le journaliste Elie Kaboré de l’Economiste du Faso. « La gouvernance par des valeurs annoncées par le Président Damiba n’est pas totalement perceptible», a-t-il souligné. M. Kaboré a noté, également, que la vie s’est renchérie sous la Transition due en partie à la conjoncture internationale.

Outre ces éléments, il s’est penché sur la fermeture des mines comme Taparko et Youga et le désengagement des partenaires à la suite du coup d’Etat qui, selon ses explications, ont été un coup dur pour l’économie du pays. En ce qui concerne les points « positifs » des 100 jours de Damiba, il a révélé la suppression des concours mesures nouvelles et l’annonce des audits de certaines institutions qui sont des signaux forts en termes de bonne gouvernance.

Mais, il a déploré la nomination des directeurs généraux des entreprises et des établissements publics qui est encadrée par des appels à candidatures selon les textes en la matière. Bien équiper les FDS La communication du deuxième sous-thème « La gouvernance politique et administrative du régime de Transition 100 jours après ? » a été assurée par l’enseignant-chercheur Augustin Loada. Il a dénoncé la posture du gouvernement qui a engagé des discussions unilatérales dans le processus de la levée des sanctions de la CEDEAO sans associer les partis politiques et les organisations de la société civile.

A cet effet, il a laissé entendre que la gestion du pouvoir ne saurait se faire sans l’accompagnement des partis politiques qui sont des acteurs clés du jeu démocratique.. Au tour de Alissi Ouédraogo, capitaine de police à la retraite, de développer le troisième sous-thème : « La gouvernance sécuritaire 100 jours après ? ». A ce propos, il a noté une recrudescence des attaques sous la Transition avec son lot de déplacés internes et l’extension des zones dites rouges.

Aux dires du capitaine de police à la retraite, pour venir à bout de l’hydre terroriste, les autorités actuelles doivent renforcer leur gouvernance. Il a, par ailleurs, proposé la massification des effectifs des Forces de défense et de sécurité (FDS) et l’augmentation du nombre de matériels proportionnellement à la force de frappe de l’ennemi. M. Ouédraogo a souligné la nécessité de doter d’un même équipement toutes les FDS sans distinction de corps qui sont au four et au moulin dans le combat contre le terrorisme et surtout, cultiver les valeurs de cohésion entre les différents corps.

Nadège YAMEOGO

Dô DAO (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.