Rencontre des patrons burkinabè: un rendez-vous désormais africain

Selon les patrons, la résilience des Etats est tributaire du secteur privé qui tire les économies nationales vers le haut.

La Rencontre des patrons burkinabè (REPAB), organisée par le Conseil national du patronat burkinabè (CNPB), a pris fin, le vendredi 3 juin 2022, à Ouagadougou, sous le signe de la mutualisation des efforts de résilience des investisseurs.

Le grand rendez-vous des hommes d’affaires africains, appelé la Rencontre des patrons burkinabè (REPAB), a tenu ses promesses. Cette tribune, décrite comme le lieu de partage de l’ensemble des préoccupations et acquis des acteurs du monde des affaires afin de contribuer au développement économique, a refermé ses portes, le vendredi 3 juin 2022 à Ouagadougou, avec à la clé de fortes recommandations.

On peut citer la transformation de la rencontre dite des patrons burkinabè en rencontre des patrons africains au Burkina. Ainsi, la REPAB change de dénomination sans changer de sigle. Pour les acteurs, il s’agit de donner une dimension continentale à cette initiative qui vise à promouvoir la coopération Sud-Sud dans le secteur économique. Pour le président du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB), Apollinaire Compaoré, c’est avec satisfécit que s’est déroulée la REPAB. Il a, dans le même élan, pris l’engagement de mieux réussir cet évènement lors des prochaines éditions.

Aussi, le président du comité d’organisation, Arouna Nikiéma, a salué les acquis et le bon déroulement de la première édition de la REPAB. Pour lui, la REPAB a donné un autre visage au monde des affaires au Burkina Faso. De l’explication de M. Nikiéma, plusieurs recommandations ont été faites. Il s’agit, entre autres, de l’accroissement de la production et de la qualité des produits locaux, la création d’un cadre permanent de concertation, la promotion de la résilience économique, etc. Selon Arouna Nikiéma, la première édition de la REPAB a permis de livrer plusieurs panels à l’endroit des étudiants.

« Nous avons permis aux étudiants de côtoyer les hommes d’affaires et les entrepreneurs pour leur faciliter une orientation dans leurs cursus académiques », a-t-il indiqué. Le parrain de la cérémonie, par ailleurs président de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest (FOPAO), Jean-Marie Ackah, a salué l’honneur fait à son pays, la Côte d’Ivoire, ainsi qu’à lui-même.

« Nous avons une responsabilité commune, celle de construire nos pays et c’est le secteur privé qui doit tirer nos économies vers le haut », a-t-il déclaré. Plusieurs pays africains ont pris part à la REPAB. Et pour la représentante de la délégation togolaise, Kao Yem-Bla, ce fut une rencontre de partage d’expériences et de mutualisation des connaissances. « Avec les expériences acquises au Burkina Faso, nous allons travailler ensemble afin d’ériger une organisation commune pour le développement de nos pays », a indiqué Mme Kao.

Wanlé Gérard COULIBALY

Alice SAWADOGO (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.