Gestion des forêts et changement climatique en Afrique : Les défis et opportunités en débat à Ouagadougou

Cinq jours durant, les participants vont échanger autour de résultats de recherche et d’expériences individuelles et collectives en matière de gestion durable des forêts et des arbres hors forêts, dans le contexte du changement climatique en Afrique. (CREDIT PHOTO : AFF)

Le Forum forestier africain ou African Forest Forum, en collaboration avec l’Université Thomas Sankara, organise un atelier régional de partage d’informations et d’expériences sur le thème : « gestion des forêts dans le contexte du changement climatique :  défis et opportunités pour le développement durable en Afrique », du 6 au 10 juin 2022, à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Le Forum forestier africain ou African Forest Forum (AFF) veut contribuer à une meilleure gestion des forêts et des arbres hors forêts sur le continent.  Dans cette dynamique, il organise, en collaboration avec l’Université Thomas Sankara (UTS), un atelier régional de partage d’informations et d’expériences sur le thème : « gestion des forêts dans le contexte du changement climatique :  défis et opportunités pour le développement durable en Afrique », du 6 au 10 juin 2022, à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Des universitaires, des représentants étatiques, d’organisations non gouvernementales, des hommes et femmes de médias de dix pays d’Afrique francophone, à savoir le Burkina Faso, le Benin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Madagascar, le Niger, la République Centrafricaine, la République du Congo, le Sénégal et le Togo, participent en présentiel et en ligne à cette rencontre.

Selon la représentante du Conseil d’administration de l’AFF, Cécile Ndjebet, l’objectif de cet atelier régional est de partager les conclusions et les recommandations des études qui ont été réalisées par l’institution et faciliter l’échange d’information, de connaissances et d’expériences entre les parties prenantes du secteur forestier africain.

Le vice-président de l’UTS, Florent Song-Naba : « L’objectif de l’AFF, qui est de produire et de partager des connaissances et des informations à même d’influencer les politiques et les pratiques, est en droite ligne avec celui de l’Université Thomas Sankara ». (CREDIT PHOTO : AFF)

Il se veut un cadre de dialogue pour renforcer la collaboration, délibérer sur les résultats des études, promouvoir et faciliter l’élaboration de cadres politiques et institutionnels susceptibles d’améliorer la gestion durable des ressources forestières et arboricoles et le développement socio-économique, tout en abordant simultanément les questions de changements climatiques en Afrique, a précisé Mme Ndjebet.

L’atelier va également permettre d’affiner et consolider les besoins identifiés en matière de renforcement des capacités et les approches potentielles y relatives, pour relever les défis de la gestion durable des ressources forestières, a-t-elle poursuivi.

En tout état de cause, a soutenu la représentante du secrétaire exécutif de l’AFF, Pr Marie Louise Avana-Tientcheu, la forêt et les arbres hors forêt sont des ressources qui doivent être gérées de manière durable et utilisées de manière judicieuse pour répondre aux besoins des personnes et améliorer l’environnement dans lequel elles vivent.  Avant d’ajouter que les différents points de vue partagés au cours de cet atelier seront considérés afin de mieux guider la manière d’avancer à l’échelle du continent sur ces questions et d’autres enjeux émergents du secteur forestier.

La représentante du secrétaire exécutif de l’AFF, Pr Marie Louise Avana-Tientcheu, a indiqué que les personnes et leur environnement sont au centre des préoccupations de son organisation. (CREDIT PHOTO : AFF)

Influencer les politiques et les pratiques

Le vice-président de l’UTS, chargé de la recherche et de la coopération internationale, Florent Song-Naba, a laissé entendre que Le Burkina Faso et l’Université Thomas Sankara sont honorés d’accueillir et coorganiser cet important atelier.

L’objectif de l’AFF, qui est de produire et de partager des connaissances et des informations à même d’influencer les politiques et les pratiques, est en droite ligne avec celui de l’Université Thomas Sankara, a souligné le vice-président de l’UTS, Florent Song-Naba.

L’invité d’honneur, le directeur général de l’Agence Nationale de Valorisation des Résultats de la Recherche et des Innovations (ANVAR), Dr Louis Sawadogo, a, pour sa part, traduit sa gratitude à l’AFF pour son dévouement à la science et au renforcement des capacités ainsi que pour les excellentes dispositions logistiques prises pour sélectionner et réunir tous ces éminents participants d’Afrique francophone.

Le Directeur Général de l’ANVAR, Dr Lous Sawadogo, a indiqué qu’il y a convergence entre les missions de l’AFF et celles de l’ANVAR qui sont de promouvoir l’utilisation des connaissances et informations scientifiques pour orienter la prise de décision en matière de gestion durable des terres et des forêts. (CREDIT PHOTO : AFF)

Pour lui, le présent atelier constitue un forum offert aux décideurs politiques, chercheurs, enseignants-chercheurs, acteurs de la société civile pour dialoguer autour des préoccupations du continent en matière de gestion durable des terres et des forêts dans le contexte du changement climatique.

Et pour davantage de résultats tangibles, le professeur Brice Sinsin du comité de pilotage et d’orientation des projets de l’AFF a insisté sur la nécessité pour les différentes parties prenantes d’œuvrer dans la collaboration la synergie d’actions afin de dégager des pistes de solutions appropriées pour le continent africain.

Créé en 2007, avec son siège à Nairobi, au Kenya, l’AFF a pour but de créer une plateforme et un environnement propice à l’analyse indépendante et objective, au plaidoyer et au conseil sur les questions politiques et techniques pertinentes relatives à la gestion durable, l’utilisation et la conservation des ressources forestières et arborées de l’Afrique dans le cadre des efforts de réduction de la pauvreté, de promotion de l’égalité de genre, de développement économique et social et de protection de l’environnement.

Il bénéficie de l’accompagnement technique et financier de l’Agence Suédoise de Coopération et de Développement Internationale (ASDI) et de l’Agence Suisse pour le Développement et la Coopération.

Mahamadi SEBOGO

Windmad76@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.