Genève : Bassolma BAZIE échange avec la diaspora Burkinabè

 Le Ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, Bassolma BAZIE a tenu une rencontre avec les membres de la communauté des Burkinabè résidant en Suisse et en France voisine, le jeudi 9 juin 2022, à la Mission, Représentation permanente du Burkina Faso à Genève.

Monsieur le Ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale avait à ses côtés Madame la Représentante Permanente adjointe, Son Excellence Éliélé Nadine TRAORE, ainsi que les membres de son cabinet. En introduisant la rencontre, le Ministre Bassolma BAZIÉ a salué toutes celles et tous ceux qui ont effectué le déplacement, malgré leurs contraintes socioprofessionnelles, et qui ont parcouru de longues distances, pour y part prendre. Il a dit toute son admiration pour les efforts fournis par les Burkinabè vivant à l’étranger et particulièrement en Suisse, louant la qualité de leurs rapports et interactions avec leur pays d’accueil.

Il a aussi félicité les participants pour leur mobilisation, signe d’attachement à la mère-patrie, et a invité les uns et les autres à des échanges à bâton rompu, l’intérêt mutuel étant l’échange d’informations sur la situation au Burkina Faso, le partages d’idées et de bonnes pratiques. En termes de mesures et de réformes à entreprendre pour une refondation réussie, la part contributive de la diaspora est de la plus haute importance, a-t-il dit. Le Burkina Faso a besoin du rôle qu’ils jouent dans le cadre de son rayonnement à travers le monde, a-t-il assuré.

Après cette introduction, Monsieur Bassolma BAZIE a situé le cadre de son séjour à Genève : la participation, avec une délégation tripartite (Gouvernement, représentants du patronat, représentants des travailleurs) à la 110ème Session de la Conférence internationale du travail et à la 32ème Session du Conseil des Ministres de la Conférence interafricaine de la prévoyance sociale (CIPRES). Il a souligné l’intérêt de la participation pour notre pays à ces instances, en tant que cadres d’élaboration et d’adoption des normes internationales du travail et de suivi évaluation de leur application au niveau des pays, de renforcement de capacités pour les participants, etc.

Les échanges ont ensuite tourné autour de la situation nationale, de la gestion de la crise sécuritaire, du renchérissement du coût des produits de première nécessité (vie chère), des stratégies développées par le Gouvernement et ses partenaires sociaux pour amortir la pression ressentie par les populations, de même que des efforts déployés pour instaurer un climat social apaisé, notamment par la promotion du dialogue. Il a aussi été question de la détermination du Gouvernement à assainir le cadre normatif du travail et de l’administration publique et privée, à rationaliser les ressources publiques, en passant, entre autres, par une réduction du train de vie de l’État. Autre point d’intérêt abordé, le Plan stratégique de développement de l’administration du travail 2022-2026 qui vient d’être élaboré et dont la mise en œuvre va corriger nombre de dysfonctionnements constatés dans l’application des textes normatifs.

Abordant les questions de l’actualité brulante au Burkina Faso, Monsieur le Ministre a relaté les péripéties du drame survenu dans la mine de zinc de Perkoa, dans la province du Sanguié (Région du Centre-Ouest). Il a présenté l’évolution des recherches des personnes disparues, avec la forte implication du gouvernement, ainsi que certaines mesures conservatoires prises dans la gestion de cette crise.

Il a clos son propos liminaire en appelant à « désarmer les cœurs pour la reconstruction de la paix et de la cohésion, du tissu social endommagé », prônant les vertus du dialogue. Monsieur le Ministre n’a pas manqué de saluer et de magnifier la résilience du peuple burkinabè face à ses challenges aux niveaux sécuritaires, socioéconomiques et politiques.

Présent à la rencontre, le délégué au Conseil supérieur des Burkinabè de l’étranger (CSBE), Monsieur Tahirou Komi a exprimé, au nom de toutes et de tous, des sentiments de satisfaction pour la tenue de cette rencontre avec Monsieur le Ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale. « Merci d’avoir pensé à nous », a-t-il salué.

Les interventions, (questions, contributions et doléances) ont essentiellement porté sur :

  • Les mécanismes envisagés pour assurer la sécurité des travailleurs sur leurs lieux de travail et la situation des responsabilités dans le drame de Perkoa ;
  • Les capacités de l’Etat et des FDS à endiguer les attaques terroristes et à ramener les populations dans leurs terroirs ;
  • Les stratégies pour ramener les fils et filles du pays qui ont pris les armes à de meilleurs sentiments envers leurs pays et à déposer les armes ;
  • Les difficultés que rencontrent les jeunes de la diaspora pour s’insérer dans la fonction publique ou se faire employer dans les structures privées, sinon créer leurs propres entreprises ;
  • Les orientations du Gouvernement en termes d’amélioration du code minier au Burkina Faso et de réduction des pertes de capitaux ;
  • Les réformes attendues dans le système éducatif en vue d’arrêter de former des diplômés généralistes, mais plutôt former des travailleurs dans les domaines techniques et scientifiques recherchés au Burkina Faso ;
  • Les mécanismes pour faciliter une meilleure contribution de la diaspora à la dynamique du développement national ;
  • Les potentialités et opportunités d’investissement, l’accompagnement de l’entrepreneuriat et des apports innovants de la diaspora par l’Etat ;
  • Les difficultés d’obtention de postes de stages académiques et/ou de formation professionnelle par les étudiants Burkinabè qui suivent leurs études à l’étranger.

A toutes ces préoccupations, Monsieur le Ministre a apporté des réponses, tout en insistant sur la solidarité dans l’action, la nécessité d’accompagner les autorités de la Transition, pour qu’au terme de leur mission, elles laissent derrière elles un pays confiant en son avenir, une gouvernance vertueuse et des institutions fortes.

Madame l’Ambassadeur, Représentante permanente adjointe  a formulé les encouragements ainsi que les engagements de la Mission permanente à accompagner toute initiative et action allant dans le sens de la mobilisation de nos compatriotes vivant en Suisse pour l’atteinte des objectifs susmentionnés.

 

Ambassade, Mission Permanente du Burkina Faso à Genève

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.