Economie circulaire en Afrique : la BAD lance un fonds fiduciaire

La BAD et le gouvernement finlandais ont officiellement lancé la Facilité africaine pour l’économie circulaire. © : Boukary Bonkoungou pour Sidwaya.info. Editions Sidwaya

En marge de ses 57es Assemblées annuelles à Accra, au Ghana, le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a officiellement lancé la Facilité africaine pour l’économie circulaire (FAEC), un fonds fiduciaire d’une valeur initiale de quatre millions d’euros (plus de 2,6 milliards FCFA) afin de lutter contre le dérèglement climatique en Afrique.

La hache de guerre contre le changement climatique continue d’être affûtée par le Groupe de la BAD. En effet, la Banque, en collaboration avec le gouvernement finlandais a lancé officiellement, le vendredi 27 mai 2022, à Accra au Ghana, en marge de ses 57es Assemblées annuelles, un fonds pour lutter contre le dérèglement climatique.

C’est la Facilité africaine pour l’économie circulaire (Economie limitant la consommation et le gaspillage des ressources et la production des déchets). Selon les responsables de la Banque, c’est le premier fonds fiduciaire que la BAD dédie à l’économie circulaire.

Ce lancement a été marqué par un débat animé par le directeur général adjoint du ministère finlandais des Affaires étrangères, Juha Savolainen, et le vice-président de la BAD en charge de l’électricité, l’énergie, du changement climatique et de la croissance verte, Dr Kevin Kariuki. Cette nouvelle Facilité devrait avoir pour finalité d’encourager une reprise économique verte en Afrique qui participe des Objectifs de développement durable (ODD) et de ceux de l’Accord de Paris qui limite le réchauffement climatique à un niveau inférieur à 2°C, de préférence à 1,5°C.

Le fonds d’affectation spéciale multi-donateurs, aux dires des responsables de la BAD, va fonctionner sur une période de cinq ans et va recevoir un soutien initial de quatre millions d’euros du gouvernement finlandais et du Fonds nordique de développement (plus de 2,6 milliards FCFA). Il a dit espérer que le partage d’expériences va aider les autres pays à réussir leur transition circulaire.

« La Finlande va soutenir l’Alliance africaine pour l’économie circulaire (ACEA) et l’économie circulaire dans son ensemble en tant que voie vers la croissance verte. La clé du succès de la conception d’une feuille de route sur l’économie circulaire en Finlande a été l’implication d’un large éventail de parties prenantes, telles que les ministères, les collectivités locales et le secteur privé », a assuré Juha Savolainen.

Pour sa part, Dr Kariuki, a traduit l’engagement du Groupe de la BAD à promouvoir l’économie circulaire comme stratégie de développement. A l’en croire, la Facilité africaine pour l’économie circulaire augmentera le portefeuille des opérations de la Banque sur l’économie circulaire, incluant les secteurs des énergies renouvelables, de l’agriculture adaptée au climat et de la production verte. Cela, a-t-il expliqué, va créer de nouvelles chaînes de valeur qui vont générer de nouveaux emplois verts pour la jeunesse africaine.

Les principes de l’économie circulaire s’alignent sur le programme de la Banque africaine de développement visant à assurer la transition de l’Afrique vers une croissance verte. Ce dispositif permettra de canaliser, de financer et de dérisquer des modèles d’affaires innovants en matière d’économie circulaire, au-delà de la gestion des déchets.

                                                                                    Boukary BONKOUNGOU

De retour d’Accra (Ghana)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.