CAN féminine 2022/ Maroc-Burkina Faso : les Etalons ouvrent le bal ce samedi

En match d’ouverture de la 14e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) féminine, le Burkina Faso affronte le pays hôte, le Maroc, demain 2 juillet à 20h 30 TU au grand stade du complexe Prince Moulay-Abdallah de Rabat. Pour leur premier match à un rendez-vous continental, la capitaine des Etalons dames, Charlotte Millogo et ses coéquipières veulent jouer sur l’effet de surprise.

le sélectionneur Pascal Sawadogo.

Pour sa première participation à une Coupe d’Afrique des nations (CAN), le Burkina Faso ouvre le bal de la compétition face au pays hôte, le Maroc, ce 2 juillet 2022 (20h30) au grand stade du complexe Prince Moulay-Abdallah de Rabat. A leur arrivée dans le royaume chérifien, le 28 juin 2022, le sélectionneur Pascal Sawadogo et ses filles ont effectué une séance de décrassage dans la soirée à Casablanca avant de mettre le cap sur Rabat le lendemain. A l’académie football Mohamed VI, les Etalons dames ont effectué trois séances d’entrainement. Comme lors des éliminatoires, les représentantes burkinabè se sont entrainées sous le son de l’appareil de musique dénommé « Yoyo ».

Lors des deux premières séances, elles ont effectué des séquences courtes mais de hautes intensités. « Notre philosophie de jeu est l’attaque rapide et les contre-attaques. Ce sont des séquences de jeu pressing médian. Dès que l’on récupère la balle, il faut de l’explosivité pour aller conclure. Dès l’engagement, nous avons 3 secondes pour récupérer le ballon, 8 secondes pour conclure, 19 pour récupérer et répartir encore. Nous avons joué 3 minutes de jeu, 3 minutes de récupération. Nous allons répéter cela plusieurs fois. C’est juste des révisions parce que nous l’avons plusieurs fois fait à Ouagadougou. Nous l’avons fait à Rabat pour s’adapter au climat », a informé le maitre à penser des Etalons dames. Au sortir de ces séances, les filles se portent bien selon Pascal Sawadogo. « Elles répondent rapidement aux exigences du préparateur physique. Cela donne de l’espoir », a-t-il laissé entendre. Même son de cloche pour le préparateur physique de l’équipe, Aminata Sissoko. Pour elle, les Etalons dames sont prêtes pour la compétition. « Les filles sont prêtes. La préparation physique est aussi mentale. Avec mon collègue des hommes, Zakaria Ouattara, nous avons réussi à convaincre les filles. Elles se sont lancées au travail. Aujourd’hui, elles sont au mieux de leur forme », a-t-elle assuré.

Frapper fort d’entrée

« Nous allons rester concentrées pour jouer sur l’effet de surprise », Balkissa Sawadogo.

Face au pays organisateur, le Burkina Faso veut frapper fort d’entrée. « Nous voulons jouer sur l’effet de surprise. Nous avons suivi trois matchs entiers du Maroc. Nous avons assez d’information sur cette équipe même si on sait que la vérité est sur le terrain », a souligné Pascal Sawadogo. Avant d’ajouter : « Nous sommes l’équipe novice de notre poule. Le Maroc est à sa 3e participation après 1998 et 2000. Le Sénégal est également à sa 3e édition après 1991 et 2012. Quant à l’Ouganda, elle est à sa 2e participation après 2000. Tout compte fait, nous sommes l’équipe qui découvre la compétition ». Tout comme le sélectionneur, la capitaine, Charlotte Millogo est confiante. « Malgré que nous jouons le pays organisateur, nous sommes confiantes. Nous allons rester concentrées et jouer en équipe comme nous l’avons toujours si bien fait.

C’est d’ailleurs la force de notre équipe », a-t-elle confié. Dans la même lancée, l’ailière, Balkissa Sawadogo affirme qu’elles entendent marquer de la plus belle des manières leur entrée à cette première CAN du Burkina Faso. « C’est vrai qu’il y a certains détails qui entrent en jeu quand on joue le pays organisateur. Nous, en notre sein, nous essayons de ne même pas y penser. Nous allons rester concentrées. Le football féminin est vu d’une autre manière au Burkina. C’est l’occasion pour nous d’amener nos parents à l’accepter à travers nos prestations », a-t-elle promis. En rappel, 12 pays participent à cette édition, une première depuis la première édition en 1991. Répartis en trois poules, dont deux à Rabat et une à Casablanca, les deux premières équipes de chaque groupe ainsi que les deux meilleures troisièmes se qualifieront pour les quarts de finales. Les quatre demi-finalistes seront directement qualifiées pour la prochaine coupe du monde féminine. Elles seront rejointes par les deux meilleures nations issues des barrages entre les équipes tombées en quart de finale. La coupe du monde se tiendra du 20 juillet au 20 août 2023, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Ollo Aimé Césaire HIEN (Depuis Rabat)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.