Mode : Après la rumba, les sapeurs congolais rêvent  d’une inscription de leur idéologie  de la mode au patrimoine immatériel de l’humanité de l’UNESCO

Au Congo Brazzaville, la rumba et la sape sont étroitement liées. Les stars de la musique congolaise sont généralement aussi des dandys. Après l’inscription de la rumba au patrimoine immatériel de l’humanité de l’UNESCO, les sapeurs veulent être que leur philosophie de l’habillement soit également « être inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité(…) ».

Au-delà du fait de bien s’habiller, la sape se définit aussi par la frime, des pas cadencés, en arborant des pieds à la tête des grandes marques de vêtements. Conscients de leur impact sur la mode,  beaucoup d’adeptes de cette idéologie veulent désormais soutenir les créateurs africains.

« Nous les Africains, on ne veut plus porter les marques des occidentaux. On veut maintenant porter les vêtements des créateurs africains. On a lancé les marques des gens ici, ça ne nous a rien rapportées. Wemba est mort, aucun couturier n’est venu à son enterrement, pourtant il a lancé beaucoup de marques .Moi, je suis créateur, j’ai la marque Djo Ballard, donc si les Africains ont leurs marques, on porte les marques africaines, et on fait rentrer l’argent en Afrique», a affirmé, Djo Ballard le co-fondateur du mouvement de la sape.

AK

Source : Africanews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.